AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Communauté
Φ Soutenez After Dawn !
Φ Nous sommes passés en 2481
Φ Steros a besoin d'effectifs !
Φ Évitez les personnages vagabonds
Φ Privilégiez les rôles importants
Animations




Attendus
Merci de privilégier Steros, Helion
Merci d'éviter les Natives
Personnages
35 joueurs ◈ 45 personnages
25 Hommes ◈ 20 Femmes
Helion 14 hab.
Reiver 12 hab.
Steros 10 hab.
Extérieur 09 hab.
Intrigue en cours
Φ Tout savoir sur le Chapitre I
Φ S'inscrire aux RP de groupe
Φ Merci de tenir compte du climat
Φ Début de la vague de froid : 15/01/2481
Φ Ne pas RP après le 01/03/2481

Partagez | 
 

 (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Messages : 391
Médaillons : 622
Crédits : Torns
Avatar : Ryan Gosling
Pseudo : Denver
Présence : Concentrée sur les weeks-end
Multi-comptes : Papy Jagger

Personnage
Occupation : Chef de clan
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Chef de clan



 Sujet: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Mer 1 Nov 2017 - 19:29


comme une ombre à la trace éphémère
Eiven & Jinx

« Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine et lorsqu'il eut donné son obole à Charon, un sombre mendiant, l'oeil fier comme Antisthène, d'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron. »
Le manteau est lourd sur ses épaules, mouillé par une pluie à laquelle il n'avait pu réchapper. Les autres s'étaient posés un peu plus loin, avaient allumer un feu dans l'espoir de se réchauffer. Le bois avait été mouillé et le feu difficile à démarrer, mais après une bonne dizaine de minutes d'essai, l'un des garçons avait finalement réussi a faire partir la petite flamme. Réchauffant en même temps les corps trempés de la tête aux pieds mais aussi réchauffant les petits esprits fatigués d'avoir marcher sans rien pour se poser. Ils ne retournent pas directement en Biôme, pas maintenant en tout cas, ils passent encore par certains endroits, comme ils le font à longueur de temps, ils n'ont pas d'endroits précis où aller mais en cet instant comme majoritairement la destination n'est pas le plus important. Le trajet l'est tout autant, les rencontres avec l'extérieur peuvent aussi être un quelque chose d'important. L'extérieur est ici vu comme un quelque chose d'inconnu alors que cela fait près vingt ans que Jinx foule la terre de ses pieds.
Une goutte lui tombe sur le visage, le blond lève les yeux vers le ciel, plus précisément la cime de l'abre au dessus de lui, voir le ciel est plus compliqué, entre les feuillages... L'image lui rapelle que si lui voit, il peut être vu. Ses yeux se baissent vers les alentours. Mais Jinx est seul. Parce qu'il n'a demandé à personne de le suivre, la sollitude est parfois un petit havre de paix. Cette paix il la savoure avant de devoir revétir le visage plus dur et plus fermé qu'il aborde auprès des autres. Ici son visage reste ouvert, là où ses pensées vagabondes. Mais le bruit attire l'Homme, ou bien plus simplement l'Homme attire l'Homme. Jinx est un homme comme toutes les personnes aux alentours. Le dit bruit pourrait être un danger, c'est pour cette raison que ses sourcils se froncent et que sa posture se courbe, peut-être dans l'idée de cacher sa corpulence. Jinx ne voit personne aux alentours, ses yeux ont beau chercher quelconque silhouette, aucune ne s'affirme. Il aurait pu laisser tomber l'idée, après tout, même en les évitant il pouvait rester des animaux autour d'eux. La forêt reste leur habitat naturel. Ceci dit, Jinx hausse la voix: "Djevann?" Personne ne lui répond, confirmant les doutes préexistants...

L'homme s'est remis à marcher, plus doucement, d'une manière qui se veut plus silencieuse. Il marche vers l'opposé de son camps. Pas dans l'idée de fuir ou dans l'idée de laisser les autres derrière, non pas que cette idée soit réellement négative, mais il tente de comprendre. Est-ce que son esprit commence à divaguer, mettre en avant sa solitude de façon à ce qu'il crée des bruits tout seul ou bien il y a réellement une provenance? De sa ceinture il retire l'arme qu'il considère depuis longtemps. Elle est vide. Elle aussi depuis bien longtemps, aucune arme détenue par des gens en extérieur est encore pleine, ce serait très... ironique. Ses pas le guide devant un semi camps, quelque chose qui semble plutôt vide, abandonné. Il n'est pas sûr de ce qu'il va trouver ici, la main garde l'arme en main, utilisée à seul but d'effrayer, encore peut-elle le faire. Il s'accroupit, regarde les braises d'un feu qui se révèlent encore chaudes. Le bruit a cesser, Jinx se demande réellement s'il venait d'ici où si simplement il rêvait. Ses yeux captent un mouvement du coin de l'oeil et il se relève doucement, ne se retournant même pas. "Les apparences peuvent être trompeuses."
(c) DΛNDELION

_________________
'CAUSE BABY
I'M A DARK STAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 1479
Médaillons : 907
Crédits : Cripsow / Swan
Avatar : Lyndsy Fonseca (anciennement Crystal Reed)
Pseudo : Vanka
Présence : Présente
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne

Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Localisation : Reiver
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Lun 6 Nov 2017 - 16:35

Eiven
&
Jinx
Comme une ombre
à la trace éphémère
Derrière-moi les bruits de pas se pressent. Des foulées qu'il me serait capable d'identifier à des mètres à la ronde. Une main enserre mon poignet, freinant ma marche. « Ev, tu ne fileras pas comme ça bien loin. La nuit va tomber, impossible de quitter les environs sans une escorte », déclara Soren. Je lui souris avec malice. « Alors tu te portes volontaire pour couvrir mes arrières et laisser croire aux autres que tu me files pendant que je m'isole un peu ? Adorable. » Il n'était pas heureux de me savoir seule, mais mon compagnon de chasse était certainement le seul à comprendre ce besoin que j'avais de m'éloigner. Cela me permettait de prendre du recul, de pouvoir me laisser aller sans craindre de voir ma capacité se déclencher et me faire tourner dingue. Dans mes instants les plus faibles, j'en venais à craindre mes propres parents... Il n'y a qu'en Liesel que je pouvais croire dans ces moments où la paranoïa m'éprend. Comme si le vrai visage des autres se dévoilait et qu'ils montraient tous une haine envers moi. Celle qui les voyaient tels qu'ils étaient réellement. J'en frissonnai rien qu'à y penser. « Je ne tarderai pas, on se retrouve vers le grand saule ? » Lui demandai-je avec une moue suppliante. Il soupira, déconcerté. « Fais attention à toi, Eiven », abdiqua Soren en laissant doucement sa main glisser le long de mon poignets et de mes doigts fins. Nous fîmes quelques pas ensemble avant que Soren ne vienne à dévier de ma route. Il ne serait pas loin du camp, certainement à tailler des flèches en m'attendant sous le vieux saule. Nous voir partir ensemble laissait croire aux autres que nous restions tous les deux, et non chacun de notre côté. Un subterfuge qui permettait de m'éviter les remontrances que, pourtant, je méritais.

La journée avait été morne. Le ciel grisonnant avait laissé tombé sur nous des pluies qui n'avaient cessés que par intermittences. Bien qu'elle incommodait, j'aimais la pluie. Ce sentiment qu'une énième fois, la nature venait nettoyer la surface de ses joyaux. Les pluies étaient loin d'être saines, mais nous parvenions à boire l'eau de pluie sans problème à l'extérieur. Certaines étaient à éviter, mais l'expérience savait déjouer les pièges de cette nature qui nous supervisait. Parfois clémente, parfois cruelle. Elle me semblait nécessaire pour réguler la vie et l'évolution des choses. Les sentiers sauvages de la forêt étaient humides et plusieurs gouttes choyaient des feuillages encore chargés d'eau. Arc en main, j'avançais sans me soucier de la distance parcourue. Une dizaine de minutes plus tard, j'aperçus ce qui semblait être une clairière. Une simple ouverture entre les cimes imposantes qui peuplaient cette forêt. Camouflée dans les feuillages, je scrutai les lieux. Il semblait n'y avoir personne. Un foyer éteint et les bruissements habituels de la forêt. Je quittai ma cachette pour contourner le camp de fortune qui avait été déserté. Peut-être trouverai-je les personnes qui siégeaient ici. Ne voulant pas m'exposer, je ne traversai pas le dit camp. Plusieurs pas, parfois incertains, me firent faire le tour. Une voix me stoppa. « Djevann ? » Entendis-je résonner. L'homme ne devait pas se trouver bien loin. Dans un réflexe, je m'étais abaissée, plaquée contre un tronc, sortant une flèche, prête à bander mon arc. L'inconnu passa non loin de moi. Je ne discernais que sa silhouette mais aucun détail. Il s'avançait vers le camp. Je me redressai à moitié et suivis sa trajectoire tout en restant à distance. Il semblait posséder une arme. L'homme s'approcha du feu éteint, s'abaissant pour l'analyser. Dissimulée dans les broussailles, je l'observais avec attention. Il avait l'air seul.

Sans doute aurais-je mieux fait de m'éloigner doucement, de rejoindre les miens sans espérer quoi que ce soit de ce vagabond. Mais s'il possédait une arme, je pourrais peut-être la lui subtiliser et ne pas revenir bredouille de cette virée impulsive... C'était risqué et ça me vaudrait bien des explications à livrer. Une flèche dans l'épaule et il lâcherait peut-être son arme. Je n'aurais qu'à rapidement lui décocher une flèche dans le torse ou une jambe, et alors j'aurais mes chances pour voler son arme. Je me redressai, prête à en découdre, mais mon élan fut vite arrêté. « Les apparences peuvent être trompeuses », déclara l'inconnu, ce qui m'interpella. L'effet de surprise n'avait pas pris. Je sentais mon cœur se mettre à battre d'une rapidité folle. Arc bandé mais abaissé, je me plaçai derrière le tronc d'arbre le plus proche. Il ne s'était pas retourné. Il ne m'avait pas encore vue. Il savait toutefois où j'étais. Je forçais mon rythme cardiaque à se calmer. Une longue inspiration suivie d'une longue expiration. Il se calmait. D'un pas feutré, je me tournai et glissai un œil de l'autre côté de l'arbre. Il m'avait vue. Ce n'était qu'une question de seconde avant qu'il ne se décide à m'atteindre. « Jette ton arme au sol et on ne te fera aucun mal », lui ordonnai-je avec ruse depuis ma position. Le nombre était un élément primordial dans les parages. Si son arme était chargée, il aurait tôt fait de vouloir me loger une balle entre les deux yeux mais ce serait là un gâchis au vu de l'incertitude de la situation.
CODAGE PAR AMIANTE@Jinx Calist

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-dawn.forumactif.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://after-dawn.forumactif.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 391
Médaillons : 622
Crédits : Torns
Avatar : Ryan Gosling
Pseudo : Denver
Présence : Concentrée sur les weeks-end
Multi-comptes : Papy Jagger

Personnage
Occupation : Chef de clan
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Chef de clan



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Dim 12 Nov 2017 - 21:45


comme une ombre à la trace éphémère
Eiven & Jinx

« Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine et lorsqu'il eut donné son obole à Charon, un sombre mendiant, l'oeil fier comme Antisthène, d'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron. »
Sa position était celle d'un coupable. Tout était, dans ses traits, dans sa posture, d'une importance, d'une ironie certaine finalement. Son visage qui avait semblé calme auparavant, se retrouvait maintenant tiré, dans l'idée d'un quelque auprès de lui. Et de quelque chose de sobre et de réservé, sa figure était passé en une fine ligne de réalisation, de prise de conscience. Sa posture ne laissait aucun doute sur ce qu'il faisait. Et même si cette action n'était pas des plus malsaines, des plus mauvaises, si la personne, les personnes -dieu, qui sait?- qui se tenaient derrière lui prenaient cet acte pour un affront, si le camps leur appartenait... Très bien, Jinx se retrouvait dans une situation des plus compliquées. Dos à l'ennemi ne semblait pas non plus être une bonne situation. Si son long manteau lui apportait une certaine réassurance et une protection contre le froid, le col remonté l'empêchait de discerner quelques mouvements dans son champs de vision annexe. Quel abruti. Oh Jinx se sentait bête à l'instant. Une goutte de sueur perla sur son front, ce n'était même pas la chaleur environnement, ce n'était même pas la peur de finir dans une mort des plus certaines (ou bien il ne le reconnaîtrait pas) mais l'idée de sa propre stupidité. Tantôt l'homme se trouvait rusé pour telle ou telle raison. Et bien là, de raison il n'y en avait pas. Et de mort il pensait presque la mériter. Ceci dit, Jinx n'était pas encore prêt à laisser tomber les armes. Est-ce qu'une arme il en avait une? Peut-être son seul charisme pourrait arriver au bout d'un ennemi? D'un ennemi dont il ne connaissait rien. D'un ennemi qui pourrait être aussi nombreux que violent. Et de violent il y en avait un certain nombre dans ce monde. 

« Jette ton arme au sol et on ne te fera aucun mal » "On". Bien évidemment. La voix était féminine, certes une personne ne pouvait être jugée sur sa voix mais quelque part elle se retrouvait être plus acceuillante que les autres. Oh? Peut-être penser que parce que c'est une femme les choses seront plus simples? Autour d'elle? Quelle ironie... L'emploi du "on" laisse un goût d'amertume sur la langue de l'homme. Voilà qu'il n'arrive à comprendre sa situation. Enfin, bien évidemment que Jinx comprend la situation dans laquelle il est. Ne pas la comprendre reviendrait à mourir dans un tel monde. La naïveté ne fait pas partie de ses traits premiers. "On", sa propre stupidité le donne, de nouveau, envie de le frapper. Se fier à ses instincts reste une bonne façon de rester en vie de nos jours. Et voilà que ses instincts lui avaient dictés quelque chose, un panneau s'était affiché dans son esprit, le message très clair du danger avait pris sa place. Mais sa propre vanité l'avait empêcher d'écouter les instincts, prétendant à un bruit quelconque de la nature. Oh. Le bruit aurait pu être quelconque mais la situation elle ne l'était pas, ne l'était plus. Regardez bien la position dans  laquelle il est. Le blond lève doucement les mains au dessus de ses épaules, en rien il ne compte lacher son arme, même vide cette dernière reste très utile. Mais il offre à la jeune femme (est-elle jeune au moins?) la sensation d'être la plus forte, d'avoir la main sur la situation. Elle l'a. Elle et le compagnon avec qui elle est. « Je ne vais pas lâcher mon arme. » Parce que les choses seraient plus simples s'il faisait comme les gens demandent. « Je suis désolé. » Aucunement, se désarmer devant l'inconnu, devant l'ennemi reste une mauvaise idée. Et puis elle est armée au moins? Et l'autre? « Maintenant on va faire face à face.» Il garde les mains en hauteur mais tourne son corps vers la voix.

Nerveusement il se retourna. Une nervosité qui ne se lisait pas sur ses traits, elle ne pouvait pas parce qu'il ne pouvait pas la laisser être sur ses traits. Quelque chose qui aurait été particulièrement difficile pour la suite. Ses yeux ne laissent faire qu'une sombre lumière tandis qu'ils se posent sur le visage de la jeune femme. " Jeune femme". Voilà qu'il avait raison. Voilà que les choses tombaient quelque peu sous le sens. Mais pas l'entièreté. Et la seule chose qu'il est capable c'est de sourire doucement. « Bonjour? » L'idée parait stupide et si la politesse n'a jamais tué personne, il est rare qu'elle offre une place dans la barque de la sûreté. Il hoche doucement la tête vers l'arme qu'elle tient braquer sur lui. « Je n'ai rien dans les mains pour attaquer, pourrais-tu faire de même? » Ce n'est pas dit qu'elle le fasse. Ce n'est même pas dit qu'elle y pense. Non pas que l'idée de la mort est répulsante, oh il n'a aucun problème à mourir mais n'a pas envie de le faire non plus. « C'est ton campement? » Ce qui expliquerait peut-être le pourquoi la jeune femme réagit de cette façon. « Je suis désolé si c'est le cas, je n'ai pas voulu violer ton intimité.» Voilà qu'il garde un visage neutre alors qu'il préférerait sourire. Ses yeux détaillent la demoiselle qui se tient devant lui, dans un coin de son esprit la menace de l'autre personne résonne toujours. Mais elle se tient là, le braquant de son arc, une arme, une vraie...
(c) DΛNDELION

_________________
'CAUSE BABY
I'M A DARK STAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 1479
Médaillons : 907
Crédits : Cripsow / Swan
Avatar : Lyndsy Fonseca (anciennement Crystal Reed)
Pseudo : Vanka
Présence : Présente
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne

Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Localisation : Reiver
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Ven 17 Nov 2017 - 14:51

Eiven
&
Jinx
Comme une ombre
à la trace éphémère
Immobile, j'attendais la réponse de l'invité surprise. Il n'avait pas l'air stupide au point de venir me cueillir. Il n'avait pas particulièrement inquiet non plus. Restant de glace. Un excès de confiance ou bien une assurance bien placée ? Je plissai les yeux, m'interrogeant sur le danger qu'il pouvait représenter. De ma position, une flèche suffirait à le blesser et me laisser tout le temps nécessaire à l'achever. J'avais l'avantage des broussailles, lui était exposé et ne semblait pas vouloir en découdre. Je n'étais pas une dégénérée qui tuait en oubliant toute trace de son humanité. Bien au contraire. Même lorsque je chassais j'ajoutais à ma conscience un poids dont je devais me défaire en priant mère nature. Loin d'être dans la case des moutons noirs, je n'étais cependant pas non plus dans celle des moutons blancs. Savoir se défendre était un impératif. Défendre les miens un objectif. Alors j'avais fait mes armes. Entraînée et plutôt agile, je pouvais me permettre ces extravagantes approches sans craindre directement pour ma vie. À tord, sans nul doute.

Observateur, l'inconnu se décida toutefois à me répondre. « Je ne vais pas lâcher mon arme. » Je cillai. Qu'avait-il en tête pour refuser d’obtempérer ? « Je suis désolé. » Je soupirai, pestant face à cette crédule insolence. N'avait-il aucune envie de survivre ? « Maintenant on va faire face à face », proposa le vagabond. Il n'évoquait aucune véhémence dans son ton. Se retournant lentement, bras en évidence au-dessus de sa tête, il fit face à ma position. Localisée, je me redressai et le tins en joue avec mon arc. Une flèche bien aiguisée prête à être décochée en sa direction. Son visage m'était difficilement perceptible, l'obscurité s'abattant lentement mais sûrement sur la forêt. Mais je discernais encore sa silhouette et son long manteau. Visage impassible et déterminé, je restais immobile dans ce face à face impétueux qui ne présageait rien de bon. Pour l'un ou pour l'autre, cela ne se saura qu'à la fin.

Jaugeant l'homme de haut en bas, je remarquai qu'il avait l'air d'être bien sur lui. Autant que l'on puisse l'être lorsque l'on vit à l'extérieur. Ce n'était pas une âme errante dont l'espoir s'étiolait à chaque inspiration. Peut-être avait-il un groupe non loin d'ici. Peut-être était-ce lui qui irait m'encercler. Préférant discuter en attendant que ne le rejoignent ses confrères. Je m'éloignais de la situation. « Bonjour ? » Un frisson me parcouru. Je le masquai en m'approchant de quelques pas. Laissant encore une bonne distance entre nous. « Je n'ai rien dans les mains pour attaquer, pourrais-tu faire de même ? » Demanda-t-il devant ma mise en joue. Ne détachant mon regard du sien, je ne bougeai guère. Réajustant ma visée à son visage. « C'est ton campement ? » Questionna l'inconnu sans animosité aucune. « Je suis désolé si c'est le cas, je n'ai pas voulu violer ton intimité. » Fronçant les sourcils, je restai silencieuse. Était-il toujours aussi bavard ? Ou bien était-ce sa façon d'exprimer son anxiété ? Il n'avait pas l'air menaçant et pourtant, dehors, tout le monde l'était. Ou tout du moins devait l'être. Une dure fatalité qui nous atteignait tous. Sans exception. « Enlève ton manteau et tout objet qui te servirait d'arme, mets-les par terre. » Lui ordonnai-je sans démordre de ma position. « Alors je baisserai peut-être mon arc. » Nous ne rencontrons que peu de personnes dans les environs. C'est bien pour cela que nous tenions à rester ici plus longtemps que d'ordinaire. Le dôme nous attendait, au loin, nous appelant d'une douce voix mélodieuse. Mais nous savions également que les alentours devaient grouiller d'individus néfastes. En faisait-il partie ? Je ne le saurais que bien trop tard si tel est le cas.

L'homme n'avait pas l'air menaçant, mais pas non plus l'air d'être exempt de violence. Même si la méfiance trônait, le détail de son visage me laissait quelque peu intriguée. La curiosité était un vilain défaut et malgré ma froideur, j'étais intéressée par son histoire. Comment les autres se retrouvaient dans les parages ? Les personnes que nous croisions ne sont pas toutes des dégénérées sanguinaires et quelque part, j'espérais que cet homme n'en soit pas un. D'abord parce que cela m'éviterait d'être face à un danger inconsidéré et ensuite parce que j'aimais entendre les vagabonds conter leur périple. Peut-être une déclinaison des histoires que m'invente constamment ma sœur ; cela me faisait apprécier les histoires racontées par les autres. On apprenait beaucoup des autres. Plus que ne voudraient l'accepter nos leaders. Toujours à se méfier des autres jusqu'à préférer fuir plutôt que de leur adresser le moindre mot. Cela me désolait et m'effrayait à la fois. Que ferions-nous si un jour, un groupe plus nombreux et combatif que nous se pointait pour s'en prendre à notre campement ? Il était bien plus consistant que ce bivouac improvisé, mais guère plus gardé... Les personnes chargées de la garde n'étaient pas plus expérimentées que les autres. On se relayait dans l'espoir que rien, absolument rien, ne se passe. Cela me fit penser que si ce camp n'était ni à moi, ni à l'inconnu, quelqu'un allait peut-être nous tomber sur le râble... Éludant de mon esprit cette éventualité sans pour autant l'oublier, je restais concentrée sur l'homme à qui je faisais pas. « D'où viens-tu ? Que fais-tu dans les environs ? » Demandai-je sans ciller.
CODAGE PAR AMIANTE@Jinx Calist

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-dawn.forumactif.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://after-dawn.forumactif.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 391
Médaillons : 622
Crédits : Torns
Avatar : Ryan Gosling
Pseudo : Denver
Présence : Concentrée sur les weeks-end
Multi-comptes : Papy Jagger

Personnage
Occupation : Chef de clan
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Chef de clan



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Sam 18 Nov 2017 - 21:06


comme une ombre à la trace éphémère
Eiven & Jinx

« Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine et lorsqu'il eut donné son obole à Charon, un sombre mendiant, l'oeil fier comme Antisthène, d'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron. »
« Enlève ton manteau et tout objet qui te servirait d'arme, mets-les par terre. »

Elle avait beau l'avoir menacé une fois, Jinx s'était demandé si, entre eux paroles, la jeune femme n'était pas devenue muette. La réponse semblait pourtant plus simple, la jeune femme ne semblait pas très bavarde. Mais Jinx lui était très bon pour ça. L'homme savait quand garder son silence, ne parlait pas trop lorsqu'il ne le fallait pas, savait se taire et prendre soin d'utiliser ses autres sens, le regard qui lui apprenait souvent bien plus que quelques paroles échangées avec l'inconnu. Mais parfois l'inconnu avait besoin d'être bercé par de douces paroles qui prenaient sens à ses oreilles. Et aujourd'hui était jour où l'inconnu menaçant avait besoin d'entendre de douces susurres à son oreilles. Un jour où l'inconnu se laisserait endormir par une phrase sensée ou une autre bien agréable et doucereuse à ses oreilles. Alors sa voix n'est pas faites pour économiser. Peut-être qu'il ne parlera pas pendant toute la semaine à venir, l'idée ne serait pas non plus dérangeante. Jinx se passe la main sur le visage, grattant inconsciemment sa barbe en jugeant la jeune femme de nouveau. Est-ce que c'est vraiment une bonne idée? Il doute. Mais en même temps le choix n'est pas la chose la plus présente autour de lui.

Il est question de réflexion encore quelques secondes avant qu'il tende la main vers l'intérieur de sa veste pour se saisir de l'arme. Elle reste lourde même vide, pendant quelques instants il pense à la pointer sur la jeune femme juste pour saisir une réaction des plus... authentique. Mais il semble qu'un geste comme celui-ci pourrait signer son arrêt de mort, ainsi il serait plutôt bon de simplement se saisir de l'arme par la crosse et de la poser à terre de la manière la plus douce possible. Mais de douceur, lorsque l'on est la cible d'une jeune femme qui semble bien sûre d'elle même lorsqu'elle vous braque, il n'y en a que très peu. Alors l'arme il la laisse tomber à ses pieds, aux siens, pas aux ceux de la demoiselle. Et d'autres armes il n'en a pas, Jinx n'a même pas son sac, laissé aux soins des autres membres du groupe, il ne trouvait pas toute l'utilité de s'approprier le chemin avec un sac lourd tandis qu'il était supposé revenir au campement un peu plus tard.


Mais de son manteau, il semblait accrocher à sa peau. Ce manteau était peut-être plus vieux que la demoiselle. Il avait fait son temps et continuait de subsister pour les besoins totalement pratique de Jinx. Certes il était partiellement abîmé à certains endroits mais l'homme avait toujours fait attention à ce que ce manteau, son manteau et celui de l'homme qui le portait avant-lui, reste tout de même bien en état. Alors retirer son manteau semblait chose compliquée, ou du moins il ne désirait pas le lâcher si facilement, il ne le lâcherait pas si facilement même. Se passant de nouveau la main sur le visage il soupire. « Je suis désolé de te dire que je ne désire pas que repartes avec le manteau. » Ou plus, tu ne repartiras pas avec le manteau. Mais pourtant, Jinx le retire, le fait passer au dessus de ses épaules, le plie bizarrement avant de le poser au sol et ainsi de mettre l'arme par dessus. Un de ses genoux touche terre tandis qu'il relève les yeux vers l'autre personne qui la tient toujours en joue. Comme si la menace était encore présente. Mais de menace il n'y en avait même jamais eu. Il ne l'avait jamais attaqué, ni même menacé. Pourtant sa réaction est logique, c'est même cette raison qui amène un petit sourire sur ses lèvres. « Ma part du contrat est fait. Je suppose que c'est à ton tour maintenant de respecter un engagement. » Engagement qu'elle n'avait même pas formulé. Qu'elle était capable de rompre à chaque instant. Sa main est tout de même restée enserrée sur le manteau, incapable de savoir si la chaleur le gardera jusqu'au bout, au moins il lui balancera le tissu dans la figure si elle tente quoi que ce soit. « Je serais pour une situation sans aucun de nous deux blessé voire pire. »

Et c'est peut-être à ce moment là qu'il offre son plus grand acte de fois de la journée, voire de la semaine ou du mois à venir, la prochaine personne qu'il rencontrera, peut-être la tuera-t-il de sang froid? Les choses ne se passeront pas si bien? Jinx se relève, les mains qu'il place maintenant dans son dos, l'une enserrant l'autre. Sa posture reste sobre et son visage n'aborde aucune peur. Il se tient là, fidèle à une pierre, il semble réellement confiant, plus que ce qu'il est réellement. Sa figure est fendu d'un fin sourire, qu'il veut aussi confiant, histoire qu'elle n'ai pas envie de lui tirer une flèche entre les deux yeux. C'est seulement à ce moment qu'il se permet vraiment de détailler la jeune femme. Elle est jolie, jeune et semble dangereuse, bref elle a ce petit côté intéressant qui est non-négligeable aux yeux de Jinx. « D'où viens-tu ? Que fais-tu dans les environs ? » Il prend un moment pour réfléchir à sa réponse, à savoir s'il doit offrir la vérité à une ennemie ou alors lui donner un mensonge presque vrai, presque sain et presque plein de vérité. Alors Jinx humidifie ses lèvres avant d'hausser les épaules. « Dans les environs je fais certainement comme toi, je tâte le terrain et cherche mon chemin jusqu'à ma future destination. Je ne viens pas d'un endroit précisément, je suis, certes installé un peu plus loin dans la forêt mais rien qui ne soit réellement concret. » Puis ses yeux se plisse, son sourire s’agrandit doucement tandis qu'il pointe la demoiselle du doigt. « Et toi? Tu viens d'où? Et puis, qu'est-ce que c'est ton nom? »
(c) DΛNDELION

_________________
'CAUSE BABY
I'M A DARK STAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 1479
Médaillons : 907
Crédits : Cripsow / Swan
Avatar : Lyndsy Fonseca (anciennement Crystal Reed)
Pseudo : Vanka
Présence : Présente
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne

Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Localisation : Reiver
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Dim 19 Nov 2017 - 1:28

Eiven
&
Jinx
Comme une ombre
à la trace éphémère
Parler n'était pas mon fort. Par un manque de patience et de discernement dans les mots, préférant observer et me fier aux actions plus qu'aux paroles. Être spectateur de son environnement permettait de mieux l'appréhender. Ce n'était pas la seule approche à avoir. Bien sûr, établir un contact, un lien avec l'autre pouvait apporter bien des choses. Mais il m'était impossible d'oublier ce qui avait pu nous arriver avec Liesel lorsque nous étions enfants. Tout ça parce qu'elle aurait sans doute préféré cette approche de dialogue à celle de la chasse. On ne parlait pas en chassant. Enfin je ne pouvais pas nier le fait qu'un lien se tissait toutefois avec la proie. Même si elle n'a connaissance d'être chassée qu'au dernier instant, j'ai toujours perçu une certaine empathie, un partage entre l'animal et moi durant mes pistes. Peut-être était-ce ma faiblesse et ce qui m'empêchait de tuer juste pour tuer. Ce qui forçait mon inconscient à mettre des barrières en montrant les crocs avant même de savoir si ce à quoi je faisais face était un danger ou non. Qui pourrait m'en vouloir de toute façon ?

Je resserrai l'étreinte que je portais à l'arc lors que l'inconnu baissa sa main pour se frotter le visage. Attendant le moment où je décèlerai un geste suspect qui me ferait lâcher la flèche encochée. Doucement, il finit par glisser sa main dans son manteau. Je sens mon rythme cardiaque s'accélérer. La peur ne m'éprenait pas encore, mais mon souffle se faisait plus long. Je vis sortir du manteau l'arme qu'il portait. Alternant entre sa main et ses yeux, je ne voyais pas le moindre signe d'hostilité. Cependant, lorsqu'il laissa tomber l'arme au sol, j'eus un moment d'incertitude. Une sueur froide qui me traversa la tête, longeant mon dos jusqu'aux reins. Je ne voulais pas tirer sur cet homme, mais j'avais failli le faire. On a beau être confronté régulièrement à la mort, un humain reste un humain à mes yeux. Et tous ne méritent pas forcément de mourir. En tout cas, pas de ma main. Je restai toutefois entière et sûre de moi une fois cette sueur passée. « Je suis désolé de te dire que je ne désire pas que repartes avec le manteau. » J'arquai un sourcil. Cela signifiait-il qu'il était plus attaché à ce manteau qu'à une arme ? Ce dernier devait avoir une valeur sentimentale forte. Je n'avais pas besoin de son manteau. Bien qu'il me plaisait, je n'étais pas de ceux qui pillaient les personnes qu'ils rencontraient juste pour se faire une garde robe. Ne démordant pas de ma mise en joue, l'homme se contraignit malgré ça à le retirer.

Attentive, je le regardais plier son bien et surveillais ses gestes lorsqu'il vint mettre l'arme en évidence sur le vêtement. Me respiration reprenait son cours normal. Il n'avait pas l'air d'avoir l'intention de m'attaquer avec son arme. Une balle était plus rapide qu'une flèche. Bien que je ne ratais que rarement ma cible - surtout à une portée si courte - je n'avais rien pour me protéger du projectile. Techniquement, nous étions donc à armes égales. Enfin si on oubliait ma mention du "on" dans mes premiers mots. Pour lui, peut-être était-il encerclé... Mais il n'avait pas l'accoutrement d'un ermite à ne pas se fier aux mouvements entendus dans la forêt. Son parler ne faisait pas non plus penser à une âme errante. Il ne vivait pas seul. Même si personne n'avait attiré mon attention jusqu'à lors, je ne devais pas baisser ma garde. « Ma part du contrat est fait. Je suppose que c'est à ton tour maintenant de respecter un engagement. » Je cillai. Un engagement ? Il n'y avait aucun engagement à mon sens. Je ne voyais pas ce qui m'imposait de baisser mon arme. Dans l'absolu : rien. Mais la relativité avait un tout autre poids : il était à découvert, sans son arme ni son manteau pour en camoufler d'autres. « Je serais pour une situation sans aucun de nous deux blessé voire pire », plaida l'inconnu. Je soupirai. Allai-je vraiment faire ça ?

Bien des choses étaient capables de m'énerver. Mais dans le top du top, ce qui m'énervait au plus haut point n'était rien d'autre que... moi-même. J'en étais consciente. Certes, je n'en faisais pas explicitement part à mes proches, mais c'était un fait que je m'admettais à moi-même. Ce qui était plutôt optimiste pour l'avenir, non ? Il se releva lentement alors que je pesais le pour et le contre en silence. « Dans les environs je fais certainement comme toi, tenta-t-il de détailler à ma demande. Je tâte le terrain et cherche mon chemin jusqu'à ma future destination. Je ne viens pas d'un endroit précisément, je suis, certes installé un peu plus loin dans la forêt mais rien qui ne soit réellement concret. » Je tique un peu. Ne prenant pas vraiment pour acquis ses mots. Il avait l'air d'être un homme social. Malgré sa posture froide, il avait l'air de savoir utiliser les mots. On ne se sert pas des mots comme stratégie lorsque l'on ère seul dans les environs. Alors que je ressassais cela dans mon esprit, muette, son sourire m'interpella avant sa voix. « Et toi ? Tu viens d'où ? Et puis, qu'est-ce que c'est ton nom ? » D'abord étonnée par sa dernière question, je finis par expirer longuement et déglutir en baissant mon arc.

Désarmant la flèche que je gardais cependant sur la corde, je posai à nouveau mon regard sur l'inconnu. « Je sais déjà quelle est ma destination, dis-je en m'approchant de pas lents. Mais disons que certaines choses prennent du temps et me laissent le temps de rôder dans cette forêt pour y trouver de quoi nourrir les bouches à entretenir. » J'atteignis la hauteur de ses effets personnels. À portée de ses mains. L'arc au niveau de ma taille, je ne tendis pas la corde mais encochai négligemment la flèche en avançant des deux petits pas qui me séparaient de lui. Évitant de marcher sur son précieux manteau. À cette proximité, la pointe de ma flèche se confrontait au ventre de l'homme. Il me fallait lever les yeux pour croiser les siens, ce que je fis. Sourire froid en coin, j'apportai une réponse à sa dernière question : « Eiven. Au cas où ça te serait vraiment utile », déclarai-je d'un ton doux et d'une voix basse. « Tu n'as pas l'air d'être le genre de gars à voyager seul alors oui, je pense que dans le récit de ton escapade, mon nom te sera utile », précisai-je en appuyant un peu plus la flèche contre lui. Il m'était facile d'assurer que je n'avais, à cet instant, aucune peur. Que je contrôlais la situation. Mais s'il on m'imposait la vérité, alors je ne pourrais ignorer que l'adrénaline qui coulait dans mes veines s'associait à la peur. Étonnamment, ce n'était pas la peur de la fin. Mais celle qui portait le goût du danger. Une vague qui rendait le mélange de peur et d'assurance presque... excitant. C'était peut-être ça : de l'excitation. Je n'étais pas du genre à me confronter aux autres aussi futilement. Mais je ne pouvais ignorer que ça avait un côté plaisant : faire face malgré les risques.
CODAGE PAR AMIANTE@Jinx Calist

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-dawn.forumactif.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://after-dawn.forumactif.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 391
Médaillons : 622
Crédits : Torns
Avatar : Ryan Gosling
Pseudo : Denver
Présence : Concentrée sur les weeks-end
Multi-comptes : Papy Jagger

Personnage
Occupation : Chef de clan
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Chef de clan



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Dim 19 Nov 2017 - 19:09


comme une ombre à la trace éphémère
Eiven & Jinx

« Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine et lorsqu'il eut donné son obole à Charon, un sombre mendiant, l'oeil fier comme Antisthène, d'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron. »
Il sait parler tout seul, il sait combler le vide et il sait aussi divertir. Ici, un peu des trois. Peut-être que si elle ne lui a pas encore décoché une flèche entre les deux yeux c'est qu'elle le trouve intéressant, divertissant peut-être. Oh, ce n'est même pas le pire des mots pour le décrire, la pire des façons de l’appeler. Il préfère divertir et rester en vie, peut-être divertir pour la faire regarder ailleurs, pour qu'il se saisisse d'un rondin, d'une branche qui traîne par là et qu'il tape la jeune femme. Oui. Voilà. Il a beau sembler plus sympathique, désarmé, son arme posé sur son vêtement, peut-être qu'il semble plus apte à se laisser descendre de cette façon mais ne nous mentons pas. S'il est question de se battre, il répondra présent et trouvera certainement la façon de tuer le plus vicieusement la jeune femme et le "on" qu'elle a laissé planer dans l'air. Mais de menace actuelle, visuelle, il n'y a qu'elle justement. Et peut-être que son esprit cogite sur l'autre, voir les autres, qui se cachent autour, mais pour le moment ses yeux sont concentrés sur elle.

Tandis que son genou touche sol et que ses yeux s'attardent sur son manteau, il est vrai que pendant ces quelques instants il perd contact visuel avec l'ennemi qui le tient en joue depuis plus tôt. Mais de toute manière, contact visuel ou non il serait incapable de dire si elle va décocher cette flèche ou non. Que ses yeux gardent le contact ou non la situation reste la même. Alors pendant ces courts instants, où ses yeux s'attardent sur autre chose que le visage fin de la jeune fille, ses pupilles s'attardent sur le sol, détaillent le sujet, la terre, peut-être que discrètement il peut trouver ce qui pourra le défendre? Non. Rien. Bien évidemment, alors ses yeux cessent de s'attarder, relèvent leurs couleurs vers les bruns de la brune. Tant de sombre couleurs pour une harmonie particulière. Voilà que Jinx s'attardent sur des détails, peut-être que c'est par instinct, intérêt à sa survie. Peut-être que ses yeux détaillent les "inutiles" dans le but d'obstruer l'arme qui pourrait lui ôter la vie en très peu de temps. Et voilà qu'il n'y a même pas sa vie pour défiler devant ses yeux. La vie n'est même pas une histoire.

Elle désarme. Voilà qu'il est surpris, la surprise se lit certainement sur son visage lorsqu'il hausse un sourcil. Pas qu'il n'avait pas confiance. Et puis ce n'est pas comme si elle désarmait réellement. Disons qu'elle débande, gardant l'objet proche d'elle. En parfaite possession de ses moyens. Elle sait ce qu'elle fait, ça fait sourire Jinx. Elle sait ce qu'elle fait. Très bien. Lui aussi. N'est peut-être pas aussi confiant à l'intérieur de son esprit mais sa démarche et tout ce qui est autour semble complet, semble serein. Il l'est peut-être plus qu'il ne le pense d'ailleurs. Elle désarme, du moins ne le tient plus en joue directement et un petit soupir, qu'il ne savait même pas être là, s'échappe d'entre ses lèvres. Elle reste dangereuse. Et ses pensées divaguent sur les autres "on". Et après réflexion ça n'a pas de sens. Voilà qu'il pense même qu'il ne doit pas y avoir de "on". Où alors il aurait, ils auraient, déjà du attaquer, récupérer les affaires lorsque Jinx était au sol, incapable de se défendre, une cible de première. Maintenant qu'il était debout, plus grand que la jeune femme, un sourire un peu joueur sur les lèvres, maintenant qu'il était debout et capable de se défendre d'une attaque de ses flancs, il n'y avait plus la moindre logique.

« Je sais déjà quelle est ma destination, mais disons que certaines choses prennent du temps et me laissent le temps de rôder dans cette forêt pour y trouver de quoi nourrir les bouches à entretenir. » Jinx haussa un sourcil, peut-être un peu plus surpris qu'autre chose. Des bouches à nourrir? Elle ne devait avoir qu'une vingtaine d'années, oh peut-être plus, ses yeux qui détaillent n'étaient peut-être bon que pour cela, les détails... L'âge n'était pas son fort et la concentration encore moins. Alors peut-être allait-il, tout simplement regarder la jeune fille et sourire. Parce que l'idée des bouches à nourrir lui rappelle Sora et que le souvenir n'est pas des plus agréables; elle n'est pas la bouche à nourrir pour le moment, elle ne fait plus parti de ces quelques personnes qui regarderont, les yeux suppliants avec le désir de manger ancré au fond de leur regard. La faim. Il comprend cette faim, qui lui tiraille l'estomac et l'empêche de se concentrer pendant quelques courts instants. Ces quelques instants finissent et il se dit que, eut-être lui répondre semble être une bonne idée. « Alors nous avons le même but non? Trouver de quoi mettre dans son estomac. Histoire de ne pas finir mort...» Il plisse les yeux, le doute s’insère dans son esprit. « Tu comptes me manger peut-être?» Est-ce que le cannibalisme était pratique courante? Peut-être. Mais pas dans son groupe. Est-ce qu'il était capable de savoir ce que le sien faisait? Le doute et l'angoisse se pose, hm, poids lourd au fond de l'estomac.

Il y a un moment, à partir de celui où la flèche effleure son ventre, où tout ce qu'il fait c'est laisser ses yeux vaguer dans ceux de l'autre, où le poids, la pointe de cette flèche pèse beaucoup et que le sang qui circule dans son corps ne fait que circuler plus vite. Peut-être que c'est la mort qui se tient devant lui. Jolie ange de la mort qui semble assez violente pour le faucher avec cette flèche, qui fait circuler l'ironie et l'adrénaline au sein de tout son corps. Oh. Douce idée que de mourir maintenant. Ou mourir semble être une mauvaise idée. Ou mourir semble être un mauvais choix parce que les autres se tiennent un peu plus loin, qu'ils sont peut-être présent entre eux mais qu'il n'en voit pas encore l'un être chef à sa place. Ils semblent encore perdus, peu près à l'idée d'être laisser libre. Peut-être qu'un jour ils pourraient s'envoler librement, mais aujourd'hui, se faire empaler par cette flèche, ne semblait pas prometteur. « Eiven. Au cas où ça te serait vraiment utile. Tu n'as pas l'air d'être le genre de gars à voyager seul alors oui, je pense que dans le récit de ton escapade, mon nom te sera utile »

Un petit sourire joueur passa sur les lèvres de Jinx tandis qu'il sentit la flèche presser plus hardiment contre lui. Le blond se pencha vers la jeune femme, les mains toujours dans son dos pour venir murmurer à son oreille, la flèche appuie contre lui, peut-être faisant perler quelques gouttes de sang, « En effet je ne suis pas tout seul.» Puis il rigole doucement, pas trop fort, histoire qu'elle n'est même pas le temps de se reculer. « Eiven, c'est joli comme prénom.» Peut-être que c'est cette situation, l'adrénaline ou bien le fait qu'il soit pressé contre son oreille, mais la main de Jinx vient se glisser entre eux histoire qu'il puisse saisir la flèche qui continue d'appuyer contre son estomac et qu'il la repousse vers la jeune femme avant de lui-même se reculer. « Et bien Eiven, je suis Jinx.» Il haussa un sourcil, anormalement amusé par cette situation. Ce qui l'amuse c'est le fait qu'elle ne l'ai pas encore égorgé ou éventré.
(c) DΛNDELION

_________________
'CAUSE BABY
I'M A DARK STAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 1479
Médaillons : 907
Crédits : Cripsow / Swan
Avatar : Lyndsy Fonseca (anciennement Crystal Reed)
Pseudo : Vanka
Présence : Présente
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne

Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Localisation : Reiver
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Dim 19 Nov 2017 - 22:38

Eiven
&
Jinx
Comme une ombre
à la trace éphémère
Regard persistant, je n'échappe pas une seule bribe de seconde à ses yeux. C'est à travers ces billes parfois sombres, parfois claires, que l'on devine les intentions d'une personne. Ou de n'importe quel autre être vivant. Une leçon de mon mentor qui m'avait servie à de nombreuses occasions. Et qui me servirait sûrement par la suite. Le vivant n'était pas une science exacte. C'était même le paramètre le plus sujet à la loi du chaos : cette notion impliquant le désordre le plus total. Les humains sont encore plus difficiles à prévoir que les animaux qui, eux, seront de toute façon guidés par leurs instincts de survie. Les humains, comme il paraissait être le cas chez cet homme et en un sens également chez moi à cet instant, pouvaient plus aisément prendre des risques inconsidérés inutilement. Pourquoi ? Que recherchait-on en cela ? La palpitation du cœur qui prouve que l'on est encore en vie. L'assurance de ressentir encore quelque chose malgré ce que la vie à l'extérieur nous force à accepter.

Peut-être que la solitude n'était pas la seule chose que je recherchais dans ces escapades. Sans doute me permettaient-elles de me confronter à ma propre existence. À me donner un coup de fouet qui perturbe la routine et la sécurité. Je n'étais peut-être pas faite pour une vie douce et calme, à l'abri sous un dôme. Mes pères assimileraient à mon éternelle fougue prêtée à une jeunesse dont je ne veux pas me détacher. Et pourtant. J'étais loin d'être une enfant. À mon grand regret... Je comprenais les choses, portaient sur elles un regard plus mature que je ne le souhaitais. Les paroles de l'inconnu étendent mon sourire. Je n'avais pas la moindre intention de le manger. Je ne donnais pas dans le cannibalisme. Il parait que cela rend les dents jaunes et le teint particulier. Quelques maladies également. Je ne dis pas que si c'était ma dernière chance de survivre je ne mangerai pas de chair humaine ; on ne sait jamais comment on réagira face à des circonstances drastiques tant que l'on n'y est pas directement confronté.

Le sourire mesquin de l'homme m'intrigue. J'ai envie d'en savoir plus sur lui et sur ses intentions qui m'échappent. Il était plus grand que moi. Certainement plus fort. J'étais à sa portée. Et il ne déviait même pas la flèche que j'appuyais contre lui. Ma curiosité n'était pas difficile à piquer, mais cette situation paraissait pour le moins... particulière. Il se pencha vers mon oreille. Nos joues à proximité l'une de l'autre, il murmura : « en effet je ne suis pas tout seul. » Le frison qui me parcourut n'avait pas la peur comme sentiment d'origine. Je n'avais pas peur. Pourtant, je sentais une certaine fébrilité m'atteindre. Un doux éclat de rire et il reprit : « Eiven, c'est joli comme prénom. » Les compliments ne m'atteignaient pas particulièrement, surtout venant d'un inconnu et au sujet d'un prénom. J'associai cela à un jeu de sa part. Un rôle. Que cherchait-il ? Sa main vint finalement éloigner la flèche de lui. Ses doigts entourèrent le tube qu'il dévia vers moi. Faisant glisser ma main qui frôla la sienne avant que je n'éloigne mon arme et la flèche. Son odeur me rappelait la chaleur des étendues des landes désertiques. Émanait un aspect de poussière. L'homme se recula finalement. « Et bien Eiven, je suis Jinx », énonça-t-il en arquant un sourcil.

Dubitative, je détaillai le dit Jinx de haut en bas et revins à hauteur de ses yeux. J'avais son arme juste derrière moi, à mes pieds. Je pourrais vivement m'abaisser, la saisir et m'évaporer telle une ombre à la trace éphémère, camouflée par la vie de cette forêt encore luxuriante malgré la période fraîche. Une idée plus que réalisable. « Les gens civilisés qui aiment perdre leur temps en faisant des manières se disent : enchanté ? Ravi de faire ta connaissance ? » Lançai-je avec un sourire joueur, rapprochant à nouveau ma flèche de l'arc sans pour autant l'encocher. Me préparant simplement au pire. « Alors, tu veux que personne ne soit blessé. Comment imagines-tu donc la suite ? » Autant pourrait-il me surprendre et préférer me laisser partir avec son arme. Même s'il n'avait pas le profil de ceux qui se laissent faire. Bien au contraire. Je ne le sous-estimais pas le moins du monde : peut-être imaginait-il cela à l'inverse : il ne voulait pas me faire de mal en tentant de m'empêcher de le voler. Quelle douce attention... Mais je n'étais pas du genre à me laisser faire moi non plus. Voici un fait avéré dont j'avais pour habitude d'assumer les conséquences.
CODAGE PAR AMIANTE@Jinx Calist

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-dawn.forumactif.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://after-dawn.forumactif.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 391
Médaillons : 622
Crédits : Torns
Avatar : Ryan Gosling
Pseudo : Denver
Présence : Concentrée sur les weeks-end
Multi-comptes : Papy Jagger

Personnage
Occupation : Chef de clan
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Chef de clan



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Lun 20 Nov 2017 - 18:21


comme une ombre à la trace éphémère
Eiven & Jinx

« Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine et lorsqu'il eut donné son obole à Charon, un sombre mendiant, l'oeil fier comme Antisthène, d'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron. »
« Les gens civilisés qui aiment perdre leur temps en faisant des manières se disent : enchanté ? Ravi de faire ta connaissance ? » Un léger rire échappa l'homme tandis qu'il détailla la jeune femme à son tour. Il l'avait déjà fait mais maintenant que le blond se tenait plus près, il semblait être une bonne idée que de retourner pour un deuxième tour de regard. Peut-être que le regard, du perçant, pourrait détailler les quelques détails qu'il n'a pas vu auparavant. La froideur qui se lit sur ses traits n'est peut-être qu'une façade pour cacher sa frayeur? Et peut-être que sa frayeur est justifiée par les poches qu'elle a sous les yeux? Les poches qui informent un manque cruel de sommeil. Mais de poches elle n'en a que très peu. Et de frayeur il n'y en a pas une once sur son visage, peut-être loin dans ses yeux mais elle l'a cache bien. Et pour cela il avait un immense respect. Son visage était certainement impassible, elle ne pouvait pas lire sur la finesse de ses traits ou la profondeur de ses yeux, même si elle pouvait réfléchir. L'un des deux dans cette situation était obligatoirement anxieux. Peut-être que c'était elle. Ou peut-être l'étaient-ils tout les deux?

« Enchanté Eiven, ravi de faire ta connaissance.» Le sourire sur ses lèvres s'étira. Il n'était ni particulièrement civilisé et n'aimait pas perdre son temps plus que ce qu'il n'avait déjà perdu, mais la tentation était trop grande. La simple idée de lancer un pique à la jeune fille, à Eiven, semblait être une bonne idée. Bizarrement ce n'était pas la peur panique qui tenait son estomac, ce n'était plus. Parce qu'il avait compris le petit stratagème, même s'il allait laisser jouer le jeu encore, un peu, juste pour le plaisir de voir son visage se décomposer lorsqu'il tirera la carte de la victoire. Même si leur situation ne s'accordait pas à un basique jeu de probabilité... Ici il jouait à ce petit jeu là. A espérer que peut-être le "on" qu'elle utilisait n'était que de la parlote. Peut-être qu'il se trompait. Peut-être pas. Mais voilà qu'il aurait certainement perdu un quelque chose, un membre, une idée, la vie? S'ils avaient été plusieurs sa vie aurait certainement été raccourcie...

« Alors, tu veux que personne ne soit blessé. Comment imagines-tu donc la suite ? » Jinx hausse un sourcil? "Qui aurait cru? L'inconnue qui me braquait avec son arc, qui a failli m'ouvrir le ventre avec sa flèche il y a moins de deux minutes propose une trêve?" Il rit doucement. "Enfin, est-ce bien une trêve que tu proposes Eiven?" Le prénom roule sur sa langue, il l'aime bien ce prénom. « J'imagine que je pourrais récupérer mon arme, récupérer mon manteau et peut-être partir de mon côté, non? Est-ce que ça ne sonnerait pas parfaitement ce petit accord de paix entre nous?» Jinx sourit doucement. « Ou alors tu pourrais appeler tes copains, ceux qui sont autours de nous et qui surveillent nos moindre faits et gestes, tu ne penses pas? On pourrait faire un barbecue de l'amitié?» Le blond regarde la jeune femme, juge ses expressions, peut-être qu'elles vont changer cette fois-ci. Mais voilà qu'il frappe son front du plat de sa main avant de sourire doucement à Eiven une nouvelle fois. « Ah mais, suis-je bête... Il n'y a personne pas vrai? Juste toi et moi dans les bois?» Il aurait été fortement ironique, certainement très amusant d'ailleurs, de voir à cet instant quelqu'un surgir et frapper Jinx pour son insolence. Mais personne ne sort de derrière les arbres, personne ne vient le confronter sur le sujet. Parce qu'il n'y a personne pour le faire.

Alors de nouveau un simple sourire se pose sur les lèvres du vagabond avant qu'il frappe doucement dans ses mains. « C'était bien pensé. Vraiment. J'ai marché pendant un certain temps. Tu es bonne comédienne Eiven. » Décidément ce prénom avait quelque chose, il aimait bien le faire rouler sur sa langue, laisser les non-dits faire le reste. « Et tu sais quoi?» Les yeux s'attardent sur l'arc qu'elle tient toujours en main. «Tu as toujours l'avantage sur moi.» Jinx est bon joueur, le blond aime le jeu, le danger et comprend parfaitement qu'il y a matière à s'amuser ici. Elle ne semble pas récalcitrante à l'idée. Elle ne semble pas vouloir lui péter le nez directement, peut-être que ça ne saurait tarder? Mais maintenant il semble que les choses fonctionnent de cette façon, petit sourire. « On peut aussi bien passer du temps ensemble, entre deux pauvres vagabonds comme nous, il doit y avoir du sujet non? »
(c) DΛNDELION

_________________
'CAUSE BABY
I'M A DARK STAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 1479
Médaillons : 907
Crédits : Cripsow / Swan
Avatar : Lyndsy Fonseca (anciennement Crystal Reed)
Pseudo : Vanka
Présence : Présente
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne

Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Localisation : Reiver
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Mar 21 Nov 2017 - 1:06

Eiven
&
Jinx
Comme une ombre
à la trace éphémère
Mon sourire se refroidit à son éclat, comme un signe de mon refus d'étendre humour et bienveillance à son regard. Ce dernier me détaillait, scrutant chacun de mes traits. Cela ne me mettait pas spécialement mal à l'aise. La vie était faite de bien trop d'horreur pour prendre le temps de complexer ou s'attarder sur ce qui nous déplaît. La pudeur et bien loin dans l'échelle des priorités en ce cas. Plantés l'un devant l'autre, tels deux prédateurs aspirant à la même proie, ou deux rôdeurs se toisant et tentant de savoir ce dont il pourrait tirer partie chez l'autre. Deux âmes égarées dans ce désert humain où sont considérés chanceux ceux qui ont su s'unir, s'entre-aider pour mieux survivre. Un monde tourmenté en surface mais qui, en profondeur, devient bien fade... « Enchanté Eiven, ravi de faire ta connaissance. » Je hochai brièvement la tête, riant intérieurement de la mièvrerie d'une telle attention.

Ce Jinx était bien différent des hommes qui entouraient le campement de fortune que nous avions installé. Dans notre petite communauté, nous étions assez proches les uns des autres mais rares étaient les personnes qui m'inspiraient réellement. J'avais un besoin de les protéger, de croire que j'étais capable d'accomplir une telle tâche. Je voulais exister à leurs yeux pour vaincre ma peur du vide et de ne plus être définie que par mes plus bas instincts. Ils me raccrochaient à la vie plus que je ne pouvais l'admettre. Et à part ma sœur, amie et confidente, à part Soren, compagnon d'infortune, je n'avais que peu d'entourage vraiment proche. Mes parents étaient... mes parents. Je ne pouvais pas dire que je partageais énormément de choses avec eux. Ils veillaient sur moi et moi sur eux, c'était le résumé du courant que suivait la rivière de notre communauté. Je m'y sentais parfois étrangère, à raison. Agissant bien différemment. Pensant différemment. Peut-être ne m'en étais-je pas pris à cet homme car en chaque rencontre j'espérais inconsciemment trouver quelqu'un qui me corresponde mieux. Une personne qui m'inspirerait autre chose. Qui bousculerait les rouages de mon quotidien sans forcément m'être néfaste. S'il ne s'en était pas encore pris à moi, s'il ne laissait pas transparaître ses craintes ni le moindre sentiment d'alerte, alors peut-être qu'il était sincère en disant que son souhait était que personne ne parte d'ici blessé.

Restant immobile, j'entendais sa réponse, analysant sa surprise. Alors que le coin de mes lèvres se redresse dans un sourire malicieux, je me dis que quoi qu'il ait en tête : peut-être espère-t-il que je le laisse partir sans rien lui soutirer ? Je pourrais prendre le dessus et déguerpir avec le butin en le blessant. C'était risqué, mais pas impossible. « J'imagine que je pourrais récupérer mon arme, récupérer mon manteau et peut-être partir de mon côté, non ? Je souris presque avec un amusement sincère. Est-ce que ça ne sonnerait pas parfaitement ce petit accord de paix entre nous ? Son sourire figea le mien. Ou alors tu pourrais appeler tes copains, ceux qui sont autours de nous et qui surveillent nos moindre faits et gestes, tu ne penses pas ? On pourrait faire un barbecue de l'amitié ? » Rétorque sarcastiquement Jinx alors que je tente de rester impassible à son invitation. Il n'y avait personne autour de moi. Mais il n'en savait rien. Méfiant, il se doutait qu'il y avait anguille sous roche. Mais techniquement, de sa position, il ne pouvait être sûr de rien. Ne me décomposant pas un seul instant, je conservai tout mon calme. Un nouveau sourire m'intrigua cependant. « Ah mais, suis-je bête... Il n'y a personne pas vrai ? Juste toi et moi dans les bois ? » Je cillai à sa tentative de déstabilisation. Plus curieuse de ce qui pouvait lui faire gagner cette assurance qu'angoissée ; il bluffait. Cependant, l'homme ne manquaient pas de moyens de prouver son hypothèse. S'il tentait quoi que ce soit contre moi, mes comparses devraient réagir. Ce qu'ils ne feraient évidemment pas car... ils n'existaient pas. Et je craignais qu'il s'en soit persuadé.

Perdant peu à peu mon sourire, je remis mes sens en alerte, serrant un peu plus mes doigts autours de mon arc et ma flèche. Prête à anticiper son moindre geste. Je veillais si bien l'ombre de ses gestes que j'en vins, peu à peu, à voir l'entourer cette aura que je redoutais. Ma respiration se fit plus longue, plus lente, à mesure que la neutralité de sa nature se précisait. C'était déjà au moins ça, une bonne information à prendre, mais qui m'handicaperait certainement plus qu'elle ne m'aiderait. Je me concentrai pour résorber cet excès sensoriel. « C'était bien pensé. Vraiment. J'ai marché pendant un certain temps. Tu es bonne comédienne Eiven », me complimenta Jinx en confirmant l'idée de ma solitude. « Et tu sais quoi ? Poursuivit-il sans que je rétorque quoi que ce soit - comme s'il s'était déjà acclimaté à mon ton laconique. Tu as toujours l'avantage sur moi. » Sa précision me fit l'effet d'un point d'avance donné à un enfant pour s'assurer qu'il ne perde pas sans avoir l'illusion qu'à un moment, il ait eu sa chance de gagner. Je n'avais pas besoin de ça. « On peut aussi bien passer du temps ensemble, entre deux pauvres vagabonds comme nous, il doit y avoir du sujet non ? » Sa proposition ne cesse d'éveiller ma curiosité.

Des sujets, il y en avait, c'était indéniable. Pas deux personnes pouvaient avoir le même parcours. C'était impossible. Même au sein d'une communauté. Les destins se croisent, se lient et se délient comme les fils d'un vêtement usager. Rien n'assurait que demain nous serions avec les mêmes personnes que la veille. Rien n'assurait que l'on rencontre une nouvelle fois une personne croisée au hasard d'un chemin. La vie se consommait sur l'instant. Tout le reste n'était que survie. Éloignant chaque être humain de sa nature à mesure que les rapports avec les autres s'effaçaient. « Passer du temps ensemble... répétai-je d'un ton interrogateur, sourcils froncés. Il faut dire que rien ne presse. Je peux mettre cette flèche dans ton beau minois maintenant comme dans une heure, avec ou sans compagnie. Je n'y vois aucun inconvénient. Mais sois prévenu : je ne suis pas très loquace. J'ai toujours préféré l'action à la discussion », le défiai-je dans un regard joueur mais pas désintéressé. Ma vie n'avait pas beaucoup de zones obscures qu'il valait mieux éluder. Je n'avais objectivement rien à cacher à un inconnu, hormis ma nature pour le moins... étrange. Mais la réserve avait toujours été dans mes traits. Comme si je n'appréciais pas que l'on puisse lire en moi à travers ce que j'avais pu vivre. A contrario, j'aimais écouter l'histoire des autres. Mais qu'est-ce qui pourrait me prouver qu'il dira la vérité sur lui ou non ? Rien.

C'était bien ça le truc... Rien ne pouvait faire foi de garant à une confiance entre nous deux. Deux inconnus encore l'un pour l'autre. Ça ne serait au final qu'une fable de plus. Mais cela n’entachait pas mon intérêt. « Comment procède-t-on ? Plantés sur nos jambes jusqu'à l'aube ? Assis auprès d'un feu éteint ? » Doucement, je me décalais sur sa droite dans un arc de cercle minutieusement mesuré. Lui laissant le champ libre vers ses affaires. Peu importait son arme, je trouverai un moyen de m'en procurer autrement. En me déplaçant, j'armai une nouvelle fois mon arc. Par pure précaution s'il venait à reprendre son arme en main. « Si deux vagabonds ont pu se retrouver à cet endroit, je doute que ce soit le lieu le plus sûr pour s'établir, même pour une heure. » Cela faisait bien trop longtemps que nous étions ici. Il fallait bouger. Même si ça ne m'enchantait pas, j'étais encore moins séduite par l'idée d'être repérée par d'autres voyageurs.
CODAGE PAR AMIANTE@Jinx Calist

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-dawn.forumactif.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://after-dawn.forumactif.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 391
Médaillons : 622
Crédits : Torns
Avatar : Ryan Gosling
Pseudo : Denver
Présence : Concentrée sur les weeks-end
Multi-comptes : Papy Jagger

Personnage
Occupation : Chef de clan
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Chef de clan



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Sam 2 Déc 2017 - 23:32


comme une ombre à la trace éphémère
Eiven & Jinx

« Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine et lorsqu'il eut donné son obole à Charon, un sombre mendiant, l'oeil fier comme Antisthène, d'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron. »
Tout deux ne trouveront pas de terrain d'entente facilement. Parce que de ce qu'il a pu entendre, de ce qu'il a pu voir de la jeune femme, cette dernière semble être très indépendante, semble bien vivante tandis que lui n'est pas... Non plus basique comme homme. Disons qu'il sait lorsqu'il est question de bouger. Il aime agir, se promener seul dans les bois comme idée? Regardons bien où cette idée le mène d'ailleurs. Elle ne lui a pas encore transpercer l'estomac alors qu'elle en est capable. Eiven qui semble avoir du caractère semble aussi capable d'amabilité. Et Jinx qui, stupidement la provoque, possède un instinct de survie qui semble être une énigme même pour le plus intelligent des hommes encore vivant. Ses paroles sont, semblent, grossières même si ses idées ne transportent qu'une vérité que la jeune femme pourrait, si elle en avait envie, acquiescer, reconnaître la vérité dans les paroles de l'homme. Mais est-il réellement logique?

« Passer du temps ensemble... » Voilà la première chose qu'elle relevait, ne contrant même pas Jinx sur les paroles précédentes, lui amenant de cette façon un sourire amer sur les lèvres. C'était peut-être de la fierté que l'on pouvait lire sur ses traits. Peut-être qu'il était réellement fier d'avoir deviner quelque chose de cet ordre là. Elle bluffait, avait tenter de le bluffer et pendant un moment (aussi court vous dira-t-il qu'il fut, mais fallait-il écouter un homme qui avait vu sa fierté flancher?) le blond avait mordu à l'hameçon comme le plus gros des poissons dans un océan désolant. Lui ne pouvait pas disparaître parce qu'il était victime de ses mots. Il avait été prisonnier de ses mots. Maintenant qu'elle reconnaissait, ou bien plus simplement ne soulevait pas la présence de ses "coéquipiers" alors Jinx n'était plus prisonnier. Il avait cette liberté de récupérer ses affaires et de faire demi-tour, de retrouver son groupe et leurs idées plus ou moins stupides. Jinx était libre de retourner de là où il venait. Même menacé? Non? Elle avait cette arme qui lui serait mortelle si elle en désirait ainsi. Mais n'aurait-elle pas déjà exécuté la mort si elle en désirait tant l'idée? Cette fois-ci il était des questions de Jinx qui étaient remises en doute. Se devait-il de croire ce qu'il avait déjà vu ou devait-il penser au côté sauvage qui pouvait se cacher dans la jeune femme? Jinx, serait-tu prêt à parier ta vie sur un bluff qui est peut-être plus véritable que tout ce que tu as dit depuis le début de la conversation?

« Il faut dire que rien ne presse. Je peux mettre cette flèche dans ton beau minois maintenant comme dans une heure, avec ou sans compagnie. Je n'y vois aucun inconvénient. Mais sois prévenu : je ne suis pas très loquace. J'ai toujours préféré l'action à la discussion » Bingo. Le côté sauvage? Voilà de quoi l'on parlait un peu plus tôt. Un sourire passe pourtant sur les lèvres de Jinx. Il laisse son visage paraître confiant tandis que finalement les menaces de la jeune femme sont bien entendus. Il n'est pas fou, se doute qu'elle fera ce qu'elle dit. Voilà qu'elle semble être une femme de paroles. Même si ses actions semblent être plus intéressantes que ce sont ses mots. Mais peut-on encore la croire? Le sourire s'étend sur les lèvres de Jinx. « Désolé Eiven, j'ai simplement retenu lorsque tu parlais de mon joli minois. Tu serais capable de cacher tout ce dur travail? Oh; pauvre moi. » Il lui offre un hochement de tête, une mine dramatique avant de retrouver un peu de sérieux. Sérieux qui ne tiendra pas éternellement ceci dit. « Mais je comprends. On se tapera dessus plus tard. Pour le moment il est question de... trêve? » Trêve. Le mot sonne juste. Il faut être ennemis pour parler de trêve. Et même si lui aurait préféré rester sur le tapis de la simple connaissance, sans avoir peur de cette animosité entre eux, il est question de trêve. Le sérieux ne tient pas. Il fut question de secondes. Peut-être une dizaine avant qu'un simple autre sourire vienne se poser sur ses lèvres. « Allez, souris un peu. C'est le petit minois qui te met dans cet état? Je t'assures, tu as aussi un très joli visage. » Le blond papillonne, sans trop savoir pourquoi il continue à pousser sa chance. « Je comprendrais si tu veux me planter une flèche entre les deux yeux. » De toute manière il semble qu'elle soit toujours volontaire pour le faire un peu plus tard. Jinx se défendra, bien évidemment, disons juste qu'il comprendrait qu'elle le fasse maintenant. Il est assez chiant lorsqu'il s'y met. 

« Comment procède-t-on ? Plantés sur nos jambes jusqu'à l'aube ? Assis auprès d'un feu éteint ? » Le blond jette un coup d'oeil autour de lui, pose son attention sur le feu. Il pourrait le faire redémarrer, savait s'y prendre. Mais leur présence sur les lieux n'avaient que trop durée. Tandis qu'il reportait son regard sur Eiven il la vit se décaler, lui laissant la place pour aller jusqu'à ses affaires. Elle semblait faire acte de confiance. Jinx fit simplement un pas pour récupérer ses dites affaires. Posant l'arme à terre avant d'enfiler son manteau. « On ne va pas rester là. Comme tu as pu le remarquer, il est clair pour nous que l'on ne peut s'établir ici. J'ai mon camps plus loin. Ceci dit je doute que tu souhaites rencontrer les gens qui s'y trouvent. » Il lui jette un regard au dessus de son épaule, petit sourire énigmatique. « Oui, je suis réellement accompagné moi. Ceci dit ne t'en fais pas. Nous ne comptons en aucun cas s'attaquer à d'autres groupe. » Il soupire doucement, toujours accroupi. Ses mains se tendent vers l'arme et, réellement doucement il s'en saisit, se doute que la jeune femme doit être tendue derrière lui. « Elle est vide. Totalement inutile. » Elle lui a fait confiance en lui permettant de se rapprocher de ses affaires. Voilà qu'il semble logique de rendre la pareille.

Le blond se relève assez énergiquement avant de se tourner vers Eiven. Il y a un regard qu'ils échangent, pendant un long moment de silence. Le regard est lourd et les non-dits sont violents, se choquent dans les yeux l'un de l'autre. « Je peux passer devant si tu préfères. Ou alors tu as peur que je te guide vers mon groupe? » son ton est doux, pas moqueur, simplement doux, compréhensif de son état d'esprit si tel est le cas. Il secoue doucement la tête. « Je ne fais pas ça. N'en ai aucune envie. Peut-être que je préfère t'avoir pour moi tout seul? » Il hausse un sourcil avant d'enfoncer les mains dans ses poches et de commencer à marcher dans la direction opposée de sa venue.
(c) DΛNDELION

_________________
'CAUSE BABY
I'M A DARK STAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 1479
Médaillons : 907
Crédits : Cripsow / Swan
Avatar : Lyndsy Fonseca (anciennement Crystal Reed)
Pseudo : Vanka
Présence : Présente
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne

Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Localisation : Reiver
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Mer 6 Déc 2017 - 23:14

Eiven
&
Jinx
Comme une ombre
à la trace éphémère
La facilité d'appréhension de ce qu'était notre mode de vie rendait, paradoxalement, nos comportements bien plus complexes à déchiffrer qu'autre chose. Le monde dans lequel nous vivions était simple : une nature, livrée à elle-même. Et nous, âmes vagabondes, devions faire face aux difficultés que cela comprenait. Ce Jinx, tout comme moi et des centaines d'autres personnes, devaient faire face à la même bataille chaque jour : survivre. Ce manque de positionnement face à la vie nous laissait tout loisir d'étayer notre personnalité. Comme si nous laissions nos instincts diriger chaque rencontre. Les lois sociales n'avaient guère de place dans cette vie faite d'errance et de solitude. Alors nos actions ne pouvaient être prévisibles. Les situations pouvaient se retourner à chaque instant. Les circonstances nous rendaient instables. Ce qui faisait de chaque homme, chaque femme, chaque enfant, un danger en tout temps. Même des personnes connues depuis de longues dates pourraient, pour des raisons dépassant l'entendement, se retourner contre les siens. Ce n'était pas impossible et ne paraîtrait pas si fou que ça aux yeux des autres. Après tout, comment était-il possible de se forger une ligne de conduite dans de telles circonstances ?

Chacun observait ses valeurs, ses principes. Certains ne s'encombraient pas de tout cela, se contentant de balayer tout ce qui se présentera à eux dans le but d'obtenir ce qu'il souhaite avant même de parlementer. Je n'étais pas de ces personnes. Une part d'humanité que je devais à la communauté dont je faisais partie. À ces parents qui m'aimaient, ces personnes qui m'entouraient et tenaient à moi autant que je tenais à eux. À cette pensée, je me dis qu'il valait sans doute mieux que je profite de la situation pour m'en aller. Les rejoindre. Soren devait m'attendre. Et en même temps, si je partais maintenant, Jinx aurait sans doute tôt fait de me suivre, localiser mon groupe et venir le piller avec le sien. La situation était plus délicate qu'il n'y paraissait en réalité. « Désolé Eiven, j'ai simplement retenu lorsque tu parlais de mon joli minois. Tu serais capable de cacher tout ce dur travail ? Oh ; pauvre moi. » Je fronçai les sourcils à son désintéressement feint, mais ne compris pas où il souhaitait en venir. « Mais je comprends. On se tapera dessus plus tard. Pour le moment il est question de... trêve ? » Souligna-t-il. Je n'étais pas la personne la plus diplomatique au monde, mais il me semblait être dans mes cordes de faire quelques efforts. « Allez, souris un peu, dit-il. Je restai perplexe, sur la retenue. C'est le petit minois qui te met dans cet état ? Je t'assure, tu as aussi un très joli visage. » Quelque peu troublée par ce revirement de ton, je me risquai à esquisser un semblant de sourire au coin des lèvres. « Je comprendrais si tu veux me planter une flèche entre les deux yeux. » Il visait juste : « ce n'est pas l'envie qui m'en manquerait, mais rassure-toi, j'ai cette sensation avec toute personne qui m'est inconnue. » Tant mieux si le ton s'allégeait. Mais cela n'allait pas dire que je baisserai ma garde pour autant.

Méfiante, je laissai Jinx ramasser ses friches. Son arme... je n'en fis rien. « On ne va pas rester là. Comme tu as pu le remarquer, il est clair pour nous que l'on ne peut s'établir ici. J'ai mon camp plus loin. Ceci dit je doute que tu souhaites rencontrer les gens qui s'y trouvent », proposa-t-il presque gentiment. « Oui, je suis réellement accompagné moi. Ceci dit ne t'en fais pas. Nous ne comptons en aucun cas s'attaquer à d'autres groupes. » Son ton m'amusait, mais je ne tâchai de ne rien laisser paraître. Mes traits s'adoucissaient naturellement sans que je ne le veuille. « Les nouvelles rencontres, ce n'est pas mon truc. Allons-y progressivement », répondis-je avec ironie. Me jeter dans la gueule du loup : très peu pour moi. Enfin dans celle d'un seul loup, pourquoi pas, je me sentais de taille à l'affronter. Mais sa meute attendra son tour. Il ramassa son arme doucement sous le poids de mon regard. « Elle est vide. Totalement inutile. » Je plissai les yeux. Vide ? Et bah... j'avais bien fait de ne pas m'acharner à la vouloir. Même s'il était possible de trouver quelques munitions égarées, je ne pariais pas là-dessus. Préférant me contenter d'armes efficaces plutôt que de cadavres de métal dont je n'étais même pas sûre de trouver des munitions.

Alors qu'il se relève, nos regards se croisent. Mêlés de questionnements et d'assurance. Une assurance feinte ? Peut-être plus que je ne voulais le croire. Le calme qui nous entoure nous englobe dans une sphère où la tension s'épaissit, devient matière. Loin de l'électricité d'un danger, il y a comme une fébrilité dans l'air qui semble nous percuter tout deux sans qu'aucun ne se risque à l'évoquer tout haut. « Je peux passer devant si tu préfères. Ou alors tu as peur que je te guide vers mon groupe ? » Je ne réponds pas de suite, gardant se silence en tentant de comprendre. Mais je finis par entre-ouvrir la bouche. Aucun son ne sort. Déroutée par cet instant de fébrilité, je me repris. Avant que je ne puisse prendre la parole, il ajoute : « Je ne fais pas ça. N'en ai aucune envie. Peut-être que je préfère t'avoir pour moi tout seul ? » Un étrange frisson m'éprend. Ce n'était pas cette sueur froide face à la peur ou l'angoisse, ni cette sensation étrange qui m'engourdit à chaque mot mal placé ou chaque action que je regrette avant de l'avoir faite. J'avais l'impression que mes instincts-mêmes me poussaient vers lui. Mes pas le suivent d'un pied léger, distrait. Pourquoi le suivais-je ? Cette question ne paraissait pas atteindre ma raison; bien tôt frêle face à ces pas que je poursuivais légèrement en retrait.

Ne perdant pas pour autant mon bon sens, je prenais mes repères, observais ce qui nous entourait, ce que nous évitions et dévions. La forêt était de plus en plus sombre et pas forcément des plus rassurantes à cette période de la journée. Quoi que j'avais toujours trouvé un certain charme aux crépuscules. Une transition douce et mystérieuse. Je préférais de loin les aurores, mais il m'était impossible d'ignorer la magie que représentait cet instant où la nuit déposait son voile noir avec délicatesse sur le monde. « Je ne crois pas qu'il faille s'éloigner plus que cela pour être à l'abri des regards », dis-je en allant m'adosser à un arbre, déviant de peu la trajectoire qu'empruntait le rôdeur. J'avais gardé mon arc à ma main gauche, flèches dans le carquois suspendu à ma ceinture. La petite marche avait comme épuré un certain nombre d'appréhensions. L'animosité s'était dissipée comme une mauvaise humeur était passagère. « Toi et ton groupe, vous cherchez à vous rapprocher d'Helion ? » Dis-je en laissant ma curiosité s'élancer.
CODAGE PAR AMIANTE@Jinx Calist

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-dawn.forumactif.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://after-dawn.forumactif.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 391
Médaillons : 622
Crédits : Torns
Avatar : Ryan Gosling
Pseudo : Denver
Présence : Concentrée sur les weeks-end
Multi-comptes : Papy Jagger

Personnage
Occupation : Chef de clan
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Chef de clan



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Sam 23 Déc 2017 - 18:51


comme une ombre à la trace éphémère
Eiven & Jinx

« Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine et lorsqu'il eut donné son obole à Charon, un sombre mendiant, l'oeil fier comme Antisthène, d'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron. »
Jinx ne pût empêcher le petit sentiment presque fier remonter le long de son torse. Il avait réussi à tirer de la jeune femme un long sourire. Peut-être des plus rares? Qu'est-ce qu'il pouvait réellement savoir des habitudes de la jeune femme? Il ne la connaissait que depuis une dizaine de minutes maintenant. Il ne la connaissait même pas réellement. Son prénom, son assurance, sa façon de tenir un arc et son savoir faire pour gérer son stress. C'était quelque chose que les gens vivants en extérieur avaient du apprendre à faire. Être confiant. Et elle faisait ça a la perfection. Ce qui, pour Jinx, était vu comme une victoire, cette idée d'avoir arracher un sourire à miss confidence. C'est vrai que, dés son arrivée, il n'avait pu s'empêcher de remarquer que la jeune femme était... Une très jolie jeune femme en effet. Mais que ça n'avait pas été sa place de faire un commentaire là dessus et voyez qu'il aurait pu certainement, rapidement perdre la vie sur un acte de foi envers lui-même comme celui là. Certes la question posée est peut-être "depuis quand peut on accomplir un acte de foi envers soi-même?" Ne cherchez pas. Réellement la question ne se pose pas. Dites vous simplement que Jinx est heureux parce qu'il est facile pour lui d'être heureux et qu'il fait ça comme personne d'autre dans son groupe. (Peut-être Djebann qui apprécie la joie presque autant que lui sourit aux autres)

« ce n'est pas l'envie qui m'en manquerait, mais rassure-toi, j'ai cette sensation avec toute personne qui m'est inconnue. » Un petit rire s'échappe de ses lèvres, qu'il remballe assez rapidement. Ce n'est même pas de la nervosité ou quelque chose comme cela, la jeune femme est drôle. Amèrement leur humour se ressemble. Elle a l'art de placer les répliques sarcastiques juste lorsqu'il faut. S'ils partagent cet art en commun Jinx a aussi le talent du spectateur, du bon public ici. « C'est aimable de préciser Eiven, j'avais commencé à me sentir privilégié et pour une telle chose je n'arrivais pas à savoir si c'était positif ou non. » Le sourire qui s'était inscrit sur ses lèvres, petit sourire qui l'avait rarement quitté depuis qu'ils avaient commencé à parler, s'élargit. C'était agréable. Toute la situation était agréable. Ce n'était pas que Jinx n'aimait pas son groupe. Ils les aimait même trop pour que les choses se passent bien entre eux tous ces abrutis. Mais Eiven qui était ici la jeune inconnue ramenait pour lui un petit vent frais d'une fraicheur qui faisait plaisir à voir, sentir contre sa peau même. « je dois être chanceux de ne pas m'être fait planté dès le premier regard alors? » Le regard qu'il lui jette est presque soucieux. "J'aurais pu mourir aussi simplement que ça Eiven?" Ce n'est pas décevant mais c'est presque triste. Pauvre enfant.

« Les nouvelles rencontres, ce n'est pas mon truc. Allons-y progressivement » Un léger sourire passa sur les lèvres de l'homme, qui passa certainement comme une petite moue mais comme ce dernier était au sol pour récupérer ses affaires elle ne l'avait certainement pas vu. Ce qui en soit ne le dérangeait pas non plus. Tourner le dos à Eiven maintenant qu'il lui avait appris que son arme était vide prenait tout son sens. Elle n'avait plus de raisons de l'attaquer, surtout qu'elle ne l'avait pas encore fait avant. Son manteau était sympathique, certes, mais il ne possédait pas un intérêt particulier et le voler revenait à voler un simple morceau d'un cuir dont la provenance lui échappait. « Je vois, je comprends. Je vais éviter de faire des gestes trop brusques alors.» Non pas que quelque part l'idée lui déplaisait mais que, très bien, il éviterait de faire quelque chose qu'elle pourrait considérer comme "malfaisant". Hm c'est vrai que c'est très malfaisant comme comportement. Jinx se peut? Être malfaisant. Ceci dit, il n'a pas envie de l'être avec elle. Peut-être seraient-ils fait pour s'entendre. Dans un silence qui n'est pas singulier et qui n'est pas dérangeant ils s'entendent d'une bonne façon.

« Je ne crois pas qu'il faille s'éloigner plus que cela pour être à l'abri des regards »
Il s'était un peu perdu dans ses pensées le temps que ses pas le mènent au loin. Toujours conscient de la jeune femme qui était à ses côtés, juste derrière, il avait juste laisser son esprit s'emmêler avec lui-même. Disons que ce genre de choses arrivaient plus souvent que ce Jinx se permettait d'admettre. L'homme tourne doucement son corps vers la jeune femme tandis qu'il se contente d'hôcher la tête. Il a eu le réflexe de refréner son sursaut quand la voix s'était élevée derrière lui. Mais la phrase le trouble. Elle est anodine mais le ramène à cette idée d'avant, cette vie d'avant qu'il avait eu avec une femme qu'il avait aimé. C'est peut-être ça qui le trouble. L'idée que l'image de sa femme revient dans sa tête à cet instant précis, lui fait froncer les yeux tandis qu'il s'appuie contre un arbre. Lui qui passe tout son temps à parler regarde simplement la jeune femme sans dire quoi que ce toi. Le silence n'est même pas pesant et la nuit qui tombe conforte leurs deux positions. Voilà qui est encore plus troublant. « Toi et ton groupe, vous cherchez à vous rapprocher d'Helion ? » Jinx se doit de retenir une grimace de dégoût en entendant le nom. Helion. Tout ça sonne faux pour lui maintenant. Parce que lorsqu'il était enfant, qu'il croyait au système, le système l'avait bâché comme si l'enfant était méritant d'une sanction. Alors Jinx renifla dédaigneusement. « A l'inverse d'autres survivants, je sais comment le dôme traite les gens... On rejoint notre campement qui est plus au nord que le dôme. Tu cherches à aller au dôme toi? » Ses yeux voyagent sur le visage de la jeune femme. Il ne la plains si elle le veux mais reconnait que c'est un gâchis humain.
(c) DΛNDELION

_________________
'CAUSE BABY
I'M A DARK STAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 1479
Médaillons : 907
Crédits : Cripsow / Swan
Avatar : Lyndsy Fonseca (anciennement Crystal Reed)
Pseudo : Vanka
Présence : Présente
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne

Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Localisation : Reiver
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Sam 23 Déc 2017 - 19:36

Eiven
&
Jinx
Comme une ombre
à la trace éphémère
Être tombée sur Jinx me paraissait de moins en moins désolant. Ne pas l'avoir dépossédé de ses effets, également. Peut-être était-ce difficile à saisir, mais sa rencontre - bien que toujours exposée à certaines méfiances - me paraissait légère. Aucune notion de réelle confiance autre que celle que les circonstances imposent : je suis armée, lui non, en tout cas pas d'armes à distance. Bien que des coutelas puissent vite être lancés, je ne le voyais pas comme une menace directe. Son air froid s'adoucissait, la diplomatie laissait entrevoir la sympathie. Une saveur délectable, comme une surprise inattendue. J'ignorais pourquoi je restais sur ses pas sans en bouger, mais cet homme avait su attiser ma curiosité. Curieuse de ce qu'il avait à conter, de ce qu'il avait à montrer ? Curieuse de savoir ce qui pourrait se passer si je restais encore avec lui. Intriguée, je gardais mes yeux posés sur lui sans aucun outrage. Même le silence semblait ne pas nous déranger. Chose rare car peu importe la situation, un silence est souvent pesant, oppressant voir dérangeant. Ce n'était aucunement le cas ici. Comme si nous étions deux amis alors que nous nous connaissions à peine. Son regard ne me dérangeait pas, il semblait perdu dans ses pensées.

Il faut dire que moi-même je ne me privais pas de la vue. Bien que je ne sois pas une personne très portée sur les apparences, je ne pouvais nier un certain attrait vers cet inconnu. Est-ce que le piment de ce statut opérait plus que l'alchimie naturelle qui se faisait entre un homme et une femme ? Sans nul doute. Ma seule tentative de rapprochement avec un homme s'était soldé en un tel désastre que je ne m'étais jamais réellement poser à nouveau de questions à ce niveau. Je n'étais peut-être pas faite pour les émotions intenses, m'étais-je trouvé comme raison. Les inconvénients de ma nature me rendaient quelque peu... émotive. Si je ne parvenais pas à garder toute raison, alors je commençais à laisser mes sens exploser et cela impliquait inévitablement l'expression de cette capacité que Liesel m'avait trouvée. J'ignorais à quel point cela pouvait jouer sur mon métabolisme, mais ça avait été l'un des maux qui m'avaient fait abandonner l'idée de toute relation avec autrui. Ce qui était assez paradoxal... Après tout, lorsque je partais en chasse, surtout seule, je parvenais à rester concentrée, à user de mes sens sans en pâtir. Et j'aimais sentir l'adrénaline envahir mes muscles, tendre chaque fibre de mon corps et faire palpiter mon cœur. J'aimais le risque, le danger, la façon dont ça faisait vibrer mon âme. Peut-être était-ce simplement que je n'avais pas essayé avec la bonne personne, et ce malgré qu'elle me soit toujours apparue comme la seule personne avec qui ce pourrait être possible.

Ma question vint brisé cette conversation muette. Helion était la principale destination des survivants qui rôdaient des parages. Nous étions nourris de légendes et de rumeurs qui nous laissaient rêveurs. Je n'étais pas une grande optimiste pour ce genre de havres ; ça ne devait exister qu'en rêve un endroit si parfait. Malgré mon scepticisme, je m'accordais toutefois une certaine ferveur en ce lieu mystique. « À l'inverse d'autres survivants, je sais comment le dôme traite les gens... On rejoint notre campement qui est plus au nord que le dôme. Tu cherches à aller au dôme toi ? » Je fronçai légèrement les sourcils et décollai mon dos de l'arbre où j'étais posée pour me rapprocher de Jinx. Les bras plus détendus, moins alerte face à une potentiel attaque de la part de l'homme. « Quoi qu'il puisse se passer sous ce dôme, je pense avant tout qu'une fois là-bas, nous n'aurons plus à nous cacher lorsque la nature grondera. Nous n'aurons plus à risquer nos vies pour espérer avoir de quoi manger chaque jour. Nous ne serons plus les proies ni les prédateurs de quiconque. Quand bien même nous ignorons ce qui nous attend là-bas... On veut tenter notre chance. Notre chance de ne plus vivre selon la volonté des vents et du ciel. » Doucement, je me rapprochais de Jinx à une hauteur peu convenable, venant poser mon épaule contre l'arbre où il s'était adossé. Son visage affichait une certaine déception qui devait résulter de la mauvaise expérience qu'il avait dû vivre là-bas. « Que se passe-t-il de si horrible là-bas pour que mon optimisme semble te décevoir ? » Demandai-je, curieuse et envieuse d'en savoir plus.
CODAGE PAR AMIANTE@Jinx Calist

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-dawn.forumactif.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://after-dawn.forumactif.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 391
Médaillons : 622
Crédits : Torns
Avatar : Ryan Gosling
Pseudo : Denver
Présence : Concentrée sur les weeks-end
Multi-comptes : Papy Jagger

Personnage
Occupation : Chef de clan
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Chef de clan



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Mar 26 Déc 2017 - 23:51


comme une ombre à la trace éphémère
Eiven & Jinx

« Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine et lorsqu'il eut donné son obole à Charon, un sombre mendiant, l'oeil fier comme Antisthène, d'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron. »
Il semble que pendant cette période de temps ils n'ont rien à se dire. Tous les sujets n'ont pas été épuisés pourtant. Peut-être se tient elle dans ses pensées de la même façon que lui se tient perdu dans les siennes. Les quelques idées d'un passé des plus inoubliables se tiennent dans son esprit, brident sa concentration sur le présent. Pourtant le silence est singulier, paisible. Il ne pose pas de problèmes. Ça aurait d'ailleurs peut-être du l'alarmer? Qu'avec une presque inconnu le silence se retrouvait être plus agréable que celui qu'il partageait avec certaines personnes de son groupe. Certaines situations semblent plus simples à gérer que d'autres. Être perdu dans ses pensées en compagnie D'Eiven semble être de celles que son esprit gère avec une facilité des plus déconcertantes. Il n'a pas de mal à juste penser. Mais pas aux autres, voilà que rarement Jinx pense à lui-même. Lui qui avant semblait vivre pour lui-même et était capable d'abandonner un groupe s'il semblait trop compliqué à gérer, ce Jinx là a bien changer... A croire que la compagnie de la jeunesse l'aide à devenir un peu meilleur que ce qu'il aurait dû être. A croire que la présence d'un enfant plus tôt dans sa vie lui avait permis de tremplin vers une douceur qu'il ne se connaissait pas.

« Quoi qu'il puisse se passer sous ce dôme, je pense avant tout qu'une fois là-bas, nous n'aurons plus à nous cacher lorsque la nature grondera. Nous n'aurons plus à risquer nos vies pour espérer avoir de quoi manger chaque jour. Nous ne serons plus les proies ni les prédateurs de quiconque. Quand bien même nous ignorons ce qui nous attend là-bas... On veut tenter notre chance. Notre chance de ne plus vivre selon la volonté des vents et du ciel. »
Ses yeux sont de nouveau sur la jeune femme. Parce que ses paroles ne manquent pas de sens. Elles sont même d'une logique qui se voudrait imparable. Mais Jinx n'est pas comme le commun des mortels. La raison échappe encore à la raison même sur le fait qu'il n'ai pas rejoint Steros à la mort de sa femme. Pourquoi n'a t-il pas rejoint sa seule lueur d'espoir? Le blond n'avait jamais eu peur des différents vents, il avait su baisser la tête et accueillir ce dernier, aussi peu voulu soit-il. Pourtant il avait assister à cette famine qui creusait les traits de chacun. Il n'était pas aveugle, savait pertinemment qu'il y avait mieux ailleurs. Que certains endroits lui permettraient de vivre en paix avec lui-même, avec les autres. Peut-être se sentait-il entièrement responsable du groupe qu'il avait avec lui?
Si la jeune femme s'approche de lui ça ne le dérange plus du tout. Il n'a pas peur qu'elle l'attaque et si sa confiance n'est pas aveugle, elle existe maintenant plus qu'elle ne devrait certainement. Il sourit doucement. « Voilà de bien jolis mots, voilà une belle image que tu as du dôme. » Peut-être ce dernier était-il comme ça? Le fait est que Jinx ne s'en souvient presque plus. Simplement d'un père qui y est rester tandis que l'on virait sa femme et ses enfants. Il se souvient des gens qui n'avaient même pas réagit lorsqu'on les avaient poussés hors de l'endroit. Il se souvient d'un ami, d'un frère, il se souvient de Maël qui l'a abandonner pour retourner vivre dans un tel endroit. Et comment Jinx pourrait-il l'apprécier avec tout ça?

Finalement elle se retrouvait tout près de lui. Ils n'étaient plus séparés par beaucoup de choses et il n'avait qu'à tendre la main pour saisir la sienne. Non pas que l'idée lui vienne en tête si naturellement. « Que se passe-t-il de si horrible là-bas pour que mon optimisme semble te décevoir ? »
Un petit rire échappa ses lèvres. Il n'était pas triste cette fois-ci, simplement plus nerveux qu'un vrai rire. Il était bas, tandis que le blond se passait la main sur la nuque avant de tourner doucement son regard vers Eiven. « Ton optimisme pour cet endroit est une bonne chose. J'aimerai juste pour toi que les choses soient aussi simples. » Les derniers mots sont chuchotés, comme s'il ne voulait pas détruire tout un rêve, toute une croyance de cette endroit. Parce que les choses reviendraient à ça. « Tu dis que là-bas tu n'auras plus à risquer ta vie pour manger, tu ne seras pas victime des intempéries, mais tu connaîtras d'autres problèmes. Il y aura toujours autre chose. Les gens. La mentalité. Les classes sociales. Tout est manipulation. Et le peu dont je me souvienne ne me laisse pas envie d'y retourner. Peut-être qu'ici je risque ma vie chaque jour pour trouver à manger pour un groupe. Mais peut-être aussi qu'ici je fais des rencontres qui méritent d'être faites. Je ne rencontre pas seulement des gens qui font partie de ma classe sociale. Ici le destin guide nos pas. Là-bas la politique guide nos pas. » Cette fois-ci Jinx a tourner son corps pour que tout son être fasse face à la jeune fille. Et il tend sa main vers cette dernière, le contact lui vient naturellement. Jinx la déplace doucement, histoire qu'elle puisse l'arrêter si elle ne ressent pas ce désir de toucher l'autre.
(c) DΛNDELION

_________________
'CAUSE BABY
I'M A DARK STAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 1479
Médaillons : 907
Crédits : Cripsow / Swan
Avatar : Lyndsy Fonseca (anciennement Crystal Reed)
Pseudo : Vanka
Présence : Présente
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne

Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Localisation : Reiver
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Mer 27 Déc 2017 - 11:17

Eiven
&
Jinx
Comme une ombre
à la trace éphémère
Les mots de Jinx me firent sourire silencieusement alors que je scrutais la moindre de ses micro-expressions. Il paraissait sincère, dans ses paroles. Dans l'idée où pour quelqu'un comme moi, il souhaiterait que tout soit aussi simple que je le pensais. Je n'étais pas naïve à ce point, je me doutais qu'il y avait des contreparties à payer. J'ignorais totalement lesquelles, mais le véritable havre de paix n'existait pas. Certains croyaient que c'était le cas : qu'Helion pouvait nous nimber d'un blanc immaculé et résoudre tous nos problèmes, nous ôter toute contrainte. Dans mes croyances, j'oscillais entre cette crédulité risible et le cynisme de Jinx. Ce qu'il me détailla ne me parlait pourtant guère. La politique, les castes, tout ça m'était inconnu. Je comprenais les termes, les devinais, mais ne pouvais les cerner pour l'impact réel qu'ils pouvaient avoir sur la vie des réfugiés. Ces notions me paraissaient bien obscures et du coup moindre comme contrepartie. J'étais à la fois curieuse d'en savoir plus mais souhaitais également apprécier le silence lascif qui nous entourait. Un amusement certain de la situation me laissait songeuse.

Quels étaient les réels buts de cet homme ? Survivre simplement pour survivre ? Quelle était sa quête ? Que visait-il ? La protection simple des siens tant que ceux-ci conservaient l'espoir de l'utilité de leurs efforts pour conserver leur existence dans les actualités ? Je ne crois pas que nous méritions tous de survivre. Peut-être extrémiste comme façon de voir, mais la nature faisait souvent bien les choses. Et là où Jinx parlait de destins qui se croisent, je pensais aux vies qu'elle permettait de faire se poursuivre et celles qu'elle éteignait plus ou moins avec violence. On se battait pour trouver notre voie, mais ceux qui n'avaient aucun chemin sur lequel marcher : pourquoi persévéraient-ils ? Ce n'était pas une question de jugement, mais de réelles questions que je me posais. Car même si je conservais l'espoir d'atteindre un jour Helion et d'y être intégrée avec ma famille, je ne perdais pas non plus de vue l'éventuel échec de cette mission. Si le dôme ne nous acceptait pas ? S'il nous rejetait ? Que nous resterait-il ? S'acharner à survivre jusqu'à mourir de fatigue, de faim ou dévoré me paraissait bien triste...

Doucement, la main de Jinx vint s'approcher de moi. Je la regardai doucement avant de sentir une étrange sensation ; une attraction absurde qui m'intriguait et me rassurait en même temps. Délicatement, je laissai mes doigts se poser sur sa main chaleureuse. Au contact de sa peau, un frémissement m'épris. Mes yeux se reportèrent sur Jinx où un regard lascif m'accueillit. Je lui souris, taquine. « Il est vrai que certaines rencontres peuvent-être accordées au destin, mais la plupart vont à la chance. Celle d'une arme sans balle et d'une flèche qui n'a pas été décochée... » chuchotai-je en faisant glisser mes doigts fins entre les siens. Je n'étais pas réticente aux contacts, pour les chances qui nous étaient accordées de côtoyer des personnes vivantes, se privée de chaleur humaine était assez étrange. Seuls les ermites et paranoïaques devaient s'y refuser. « Helion n'offre-t-il pas son lot de rencontres étonnantes et d'instants où l'on se sent ainsi coupés du monde, en dehors de toute réalité ? » Murmurai-je alors que nos visages se rapprochaient l'un de l'autre. La situation m'amusait et les tensions que l'on en ressentaient me faisaient frisonner. Tant par l'audace et l'imprudence du moment présent. C'est ce sentiment, cette sensation, qui me gardait en vie. Une excitation causée par le goût du risque, de l'imprévu. Dans ces quelques secondes de rapprochement, je ne pensais plus à ce qui freinait mes rapprochements avec la gente masculine. Car c'était autre chose qui nous animait.
CODAGE PAR AMIANTE@Jinx Calist

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-dawn.forumactif.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://after-dawn.forumactif.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 391
Médaillons : 622
Crédits : Torns
Avatar : Ryan Gosling
Pseudo : Denver
Présence : Concentrée sur les weeks-end
Multi-comptes : Papy Jagger

Personnage
Occupation : Chef de clan
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Chef de clan



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Lun 8 Jan 2018 - 17:39


comme une ombre à la trace éphémère
Eiven & Jinx

« Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine et lorsqu'il eut donné son obole à Charon, un sombre mendiant, l'oeil fier comme Antisthène, d'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron. »
Et toute cette situation avait un quelque chose de particulier. Parce que la dernière personne avec qui Jinx avait parler de sentiments c'était Djebann mais que de sentiments il n'avait parlé que des plus simples. Pas de tout cet état d'esprit compliqué, de toutes ces histoires et ces principes. Voilà longtemps que l'appel de l'inconnu est plus fort que l'envie de protéger les siens. La jeune femme semble particulière finalement. Capable de lui faire penser à des choses auxquelles il ne penserait peut-être pas en temps normal. Jinx l'amer ou bien le silencieux devient quelqu'un de drastiquement différent. La situation? La personne? Son état d'esprit? Peut-être qu'il réalise que le plus mal et que quelque chose qu'ils tiennent sur le moment pourrait leur permettre de vivre un peu plus longtemps sans se soucier des conséquences. De conséquences? Lesquelles? L'arrivée d'un membre de Sillon? L'arrivée d'un membre du groupe d'Eiven? Pourquoi pas. Mais les conséquences ne seraient pas désastreuses. Et l'envie de voir l'autre tomber descend de plus en plus par la présence à ses côtés.

« Il est vrai que certaines rencontres peuvent-être accordées au destin, mais la plupart vont à la chance. Celle d'une arme sans balle et d'une flèche qui n'a pas été décochée... »
Les doigts de la jeune fille glisse dans les siens. La sensation n'a pas eu lieu d'être depuis de nombreuses années. Le contact aussi informel, aussi agréable n'a pas eu de chance de naitre. Sa peau n'a pas connue la douce caresse d'une amante depuis de nombreuses années. Et le frisson qui parcourt son dos a toute ses raisons d'exister. Eiven est bien plus spéciale qu'elle n'y parait. Un sourire doux s'inscrit sur son visage. « Quelle erreur aurait pu être cette flèche... » A l'image du vieux mythe de l'amour, la flèche à son importance. A l'image de deux inconnus emportés dans une folle aventure dans les bois. L'un ne sait pas pourquoi il est là, l'autre est un mystère pour l'esprit. Mais tout deux semblent former un quelque chose des plus construits. Une construction qui, faite avec les mauvaises briques, ne fait que de s'écrouler. « Helion n'offre-t-il pas son lot de rencontres étonnantes et d'instants où l'on se sent ainsi coupés du monde, en dehors de toute réalité ? » Leurs visages sont proches, très proches, si proches. Les airs respirés se mélangeaient et Jinx aurait pu oublier la question s'il n'était pas quelqu'un d'aussi joueur qu'elle, semblait-il. « Certains moments nécessitent d'être vécus seul, certaines rencontres aussi. Si Hélion coupe du monde des bonnes façons, il le fait des mauvaises aussi... »

L'autre main vient trouver son chemin, remet une messe de cheveux qui s'échappe derrière l'oreille de la jeune femme. Un petit sourire est présent sur son visage, un petit sourire tentateur, il voit, reconnait l'attirance, ressent la même. Si les airs sont les mêmes pendant quelques instants, ils ne forment qu'un seul lorsque Jinx vient poser ses lèvres dans un geste qui se veut doux, sur celles d'Eiven. Le geste a quelque chose de timide. Il sent l'attirance, mais elle t-elle, a t-elle, besoin d'être pousser aussi loin? L'instinct guide son corps dans un tel moment. Il n'est plus que chaire et sensation. Son esprit ne tenterait que de s'échapper assez loin. Mais le désir qui tiraille le peu d'entrailles qui lui reste, lui ordonne de rester. Et finalement il se détache. L'air redevient commun, l'échange de regard est intense au moment où Jinx se demande si le geste n'était pas des plus avancées. La main sur sa joue caresse doucement du pouce, un geste distrait tandis que la seule chose qui est c'est ce regard.
(c) DΛNDELION

_________________
'CAUSE BABY
I'M A DARK STAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 1479
Médaillons : 907
Crédits : Cripsow / Swan
Avatar : Lyndsy Fonseca (anciennement Crystal Reed)
Pseudo : Vanka
Présence : Présente
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne

Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Localisation : Reiver
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Lun 8 Jan 2018 - 23:31

Eiven
&
Jinx
Comme une ombre
à la trace éphémère
L'erreur était de ne pas l'avoir tirée, cette flèche. De me laisser ainsi happée et portée vers l'inconnu. Une attirance qui aurait dû être inaccessible. Mais ni lui ni moi ne paraissions enclin à faire montre de raison. Fallait-il une explication à cela ? Dans tous les cas, je n'aurais su en trouver. Pourquoi lui et pas un autre ? Quelle était la cause de cette alchimie inopinée ? Attachées aux paroles de Jinx sans les comprendre réellement, je me laissais portée par le ton langoureux de sa voix et le frisson que l'on devait à notre proximité. Des dizaines de raisons me rendaient perplexes, sur mes gardes, mais bien d'autres me hurlaient de baisser ma vigilance et, pour une fois, de ne pas réfléchir aux conséquences, aux risques et aux circonstances. J'étais incapable de réellement lâcher prise, de faire comme si tout ce qui se trouvait autour de moi n'avait pas d'importance. Et pourtant... Je me sentais glisser comme si j'échappais à moi-même.

Nos doigts entrelacés, nos respirations s'accordant à l'unisson. Je n'esquissai aucun mouvement de recul ou de méfiance lorsqu'il approcha son autre main de mon visage. Ma poitrine se soulevait à un rythme régulier alors qu'à l'effleurement de sa main sur ma beau, je sentis mon cœur tambouriner. Par la peur ou l'excitation ? Je crois que ça faisait partie du jeu et de l'attrait que l'on semblait s'inspirer l'un à l'autre... Une réciprocité qui poussait au défi. Qui oserait le plus ? Assez imprudent comme jeu, peut-être fatal, mais la fatalité nous bordait chaque jour, chaque nuit. Je n'étais pas plus en danger à cet instant que je ne l'étais auparavant... ni plus que je ne le serai demain, et après-demain. Ses lèvres vinrent délicatement se poser sur les miennes. À ce bref instant, une lutte sans merci se livra dans mon esprit pour savoir qui aurait le contrôle : la raison ou l'instinct. Ce qui en résulta une parfaite paralysie où je me contentai d'apprécier cet échange me paraissant si léger. J'avais beau oublier toute notion du temps, je n'en perdais pas l'idée de l'écoulement inlassable des minutes qui me séparaient de Soren. Il devait sans doute commencer à s'inquiéter... J'espérais seulement qu'il n'allait pas en venir à prévenir les autres et lancer une battue pour me retrouver.

Lorsqu'il se recula, j'eus un instant de flottement où mes pensées se vidèrent. De son pouce il caressa ma joue, évanouissant son regard dans le mien. Sur l'instant, je le détestai. Je n'avais pas de problème particulier face au contrôle, mais devant un étranger - qui ne 'était plus tellement, par définition - j'aimais garder mes moyens. Le confort de pouvoir se fier à soi-même. Or, cette passion naissante, je ne la contrôlais en rien et le besoin d'assouvir le désir qui m'envahissait se faisait si fort que j'aurais pu en trembler. Une lueur de doute paraît s'emparer des yeux de Jinx. Éclat dont je profitai. Détachant mes doigts des siens, je posai mes mains sur son torse et le plaquai contre l'arbre auquel nous étions juxtaposés. Le maintenant avec fermeté, j'ancrai mon regard dans le sien. « Cette flèche, j'aurais dû la décocher. » Après ces mots secs, je vins embrasser ses lèvres sans le détacher de l'arbre, le maintenant même si je savais qu'en un geste il pourrait inverser les rôles. Il me dépassait bien d'une tête et mes appuis étaient ainsi incertains. Mais il semblait autant savourer que moi ce baiser peut-être pas aussi surprenant que le sien, mais tout aussi audacieux. À mesure que ce baiser durer, je me sentais de plus en plus légère, perdue dans les sensations que je ressentais, oubliant ce que pouvait compter autour de nous... Ce qui ne manquait pas de me faire peur. Mais j'œuvrai pour masquer cette appréhension alors que l'excitation montait en moi comme un frisson frénétique.
CODAGE PAR AMIANTE@Jinx Calist

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-dawn.forumactif.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://after-dawn.forumactif.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
avatar

Messages : 391
Médaillons : 622
Crédits : Torns
Avatar : Ryan Gosling
Pseudo : Denver
Présence : Concentrée sur les weeks-end
Multi-comptes : Papy Jagger

Personnage
Occupation : Chef de clan
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Chef de clan



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Jeu 11 Jan 2018 - 19:35


comme une ombre à la trace éphémère
Eiven & Jinx

« Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine et lorsqu'il eut donné son obole à Charon, un sombre mendiant, l'oeil fier comme Antisthène, d'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron. »
Dieu qu'elle était belle. Et le sentiment n'était même pas faux. Personne ne pouvait dénier une chose comme celle-ci. Personne ne pouvait savoir si elle était belle mais de toute façon il se devait de le reconnaître. Peut-être qu'Eiven était une mauvaise personne, peut-être qu'elle serait capable de le détruite une fois qu'il serait au sol, qu'ils[i/] seraient au sol. Personne ne peut dire et pourtant Jinx le pense. Serait-ce la chaleur de leurs doigts entrelacés? Serait-ce la violence de leurs regards qui se violentent l'un-l'autre? Personne ne peut dire. Parce que personne n'est là à part ces deux corps touchés par cette fièvre des plus violentes qu'ils ne peuvent ignorer. Violence, ardeur, désir, passion, un panel d'émotions, une palette de sentiments qui a sa place dans l'esprit de Jinx, certains qu'ils n'avaient pas rencontrer depuis que quelqu'un qu'il avait aimé, [i]désiré n'était plus de ce monde. Un sentiment qui lui avait manqué des plus amèrement.

Elle le plaque à l'arbre. Il y a un moment où Jinx n'est même pas sur de ce qui se passe, son esprit va trop vite pour cette situation. La main sur son torse irradie tout son être et c'est un sourire bizarre qui traîne sur ses lèvres. « Cette flèche, j'aurais dû la décocher. » Et c'est instant précis que le sourire crispé passe en vrai petit sourire lorsqu'elle repose ses lèvres contre les siennes. Ils ont une sorte de combat violent pour savoir qui va gagner le contrôle de se baiser. C'est un baiser fiévreux, peut-être prometteur. Toute l'appréhension qui traînait dans son corps n'a plus de raison d'être lorsqu'il voit que l'attention qu'il portait à la jeune femme lui ai retourné. Il apprécie ce combat et toute cette chaleur qu'elle a en elle-même. Ses mains traînent le long de l'arbre quelques instants encore avant qu'il en mette une sur la nuque de la jeune femme et qu'il vienne passer l'autre autour de sa taille, histoire qu'il puisse la rapprocher. Leurs deux corps se touchent maintenant, frottent l'un contre l'autre. Il est clair pour Jinx que l'excitation ne fait que monter. Excitation plus forte que la frayeur qu'il devrait ressentir. Mais il y a toute cette odeur autour d'elle. intoxication. Toutes ces choses qu'on font qu'il ne peut décrocher son regard, ses lèvres, son corps.

Il y a ce moment où les poumons brûlent, les deux corps se retrouvent obliger de se séparer pour avoir un peu d'air. Et s'ils se séparent, les yeux de Jinx restent river dans les siens. Un petit sourire joueur passe sur ses lèvres tandis que, abruptement, il échangent leurs positions, coinçant Eiven contre l'arbre par son corps, lui bloquant toute issue. " Tu aurais du." Il vient embrasser doucement sa joue avant de lui chuchoter directement à l'oreille. " Regardes où ça nous a mené." Il prend le temps de lui mordiller le lobe, quelques courts instants avant qu'une de ses mains ne se glisse pour récupérer le poignet de la jeune femme et que ses lèvres retrouvent celles de l'autre. Ils échangent un baiser aussi mouvementé que le précédent, la seconde main de Jinx vient s'attarder sur la chute de reins d'Eiven. Il coupe le baiser pendant quelques instants, histoire de juger ses réactions. Il n'y a plus aucune personne capable de juger ce qui est consent ou non dans ce petit monde à part les intéressés. Et en aucun cas, même si la bulbe dans son pantalon commence à grossir, en aucun cas Jinx ne se verrait à forcer quelqu'un. Il a vécu dans ce groupe déjà avant. Il a connu ces choses là. Il ne veut plus jamais le connaitre. Et le moment est trop fiévreux pour continuer sans intérêt.
(c) DΛNDELION

_________________
'CAUSE BABY
I'M A DARK STAR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 1479
Médaillons : 907
Crédits : Cripsow / Swan
Avatar : Lyndsy Fonseca (anciennement Crystal Reed)
Pseudo : Vanka
Présence : Présente
Multi-comptes : Vaughn, Zorhan, Saoryne

Personnage
Occupation : Larbin du commandant de Reiver
Localisation : Reiver
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   Jeu 11 Jan 2018 - 22:44

Eiven
&
Jinx
Comme une ombre
à la trace éphémère
Les dernières lueurs qui traversent les cimes étaient occultées par les entrelacs dans lesquelles nous nous confondions tout deux. Je me laissais transportée par le contact de sa main sur ma nuque. Il pourrait avoir une lame dans son autre main que je ne saurais m'en préoccuper. Ma peau frémissait et et mon cœur s'emballait peu à peu. Je le maintenais contre l'arbre alors que se jouait une joute féroce dans ce baisé passionné. Il ne pouvait s'y tromper, mon corps tremblotait frénétiquement de l'excitation qu'il m'inspirait. Un jeu dangereux auquel tout être humain se voyait confronter un jour ou l'autre. Un besoin bestial qui résidait en chaque personne à n'en pas douter. Loin d'en avoir honte, je ressentais cette envie d'être possédée, de partager une extase commune. Dans ses yeux se lisait une lueur dominatrice et joueuse, ce qui n'était pas sans effet sur ma perception. D'un revers, entre un baisé et un regard, il échangea nos position, me mettant contre l'arbre duquel il me tenait alors prisonnière.

J'aurais dû... tirer cette flèche. Son murmure me fit frissonner. Une vague qui m'envahît avec une douceur sans pareil. Une main tenue par la sienne, l'autre posée sur son bras qui décidait de s'aventurer sur mon corps, je me délectais de la saveur de ses lèvres, de la chaleur de sa peau à travers ces vêtements qui constituaient alors le dernier rempart entre nos deux corps enfiévrés. Mais dans un élan qui me parut soudain, Jinx arrêta ce ballet que nous jouions pour me fixer avec une intensité interrogative. Pensait-il faire une erreur ? Je fronçai les sourcils, ne comprenant pas ce qui clochait. Ma respiration se coupa un instant. Je commençai à penser que quelque chose n'allait pas entre nous, qu'il ne voulait vraiment pas que ça aille si loin, qu'il n'aimait pas ce jeu. Allant jusqu'à penser que l'intérêt que je lui portais n'était en aucun cas réciproque. Je me rapprochais un peu plus de lui, me décollant légèrement de l'écorce à laquelle j'étais adossée, regard pensif et corps encore lascif de ces baisers desquels je mettrai un certainement temps à réaliser. Dans une étreinte tendre, je gardais une main sur son torse qui glissait peu à peu. L'autre se hissa jusqu'au bord de son cou alors que dans le creux, je déposai mes lèvres qui embrassaient sa peau étonnamment douce.

Inspirant longuement comme pour m'imprégner de son odeur, celle de cet homme encore inconnu il y a quelques heures dont mon cœur s'était épris dans une valse de sentiments et d'envies inavouées. « Ne me laisse pas douter un seul instant au risque de me voir m'envoler telle une ombre à la trace éphémère, Jinx », lui susurrai-je d'une voix suave en laissant ma main descendre encore, encore. Je souhaitais jouer cette partie plus que tout au monde. Mais j'aurais besoin de son assurance, de sa confiance, même si elle n'était que volage. Peu m'importait. Je n'allais pas vers ce chemin par curiosité comme le fut ma désastreuse première expérience. Mais parce que j'en ressentais une envie profonde, une impulsion indescriptible qui ébranlait mes sens et chaque parcelle de mon être. Malgré l'assurance dont je pouvais faire preuve, j'avais une peur naissante qui me freinait. Comme si elle voulait m'empêcher de faire une erreur. Mais ce que nous faisions n'avait rien d'une erreur... J'en voulais à cette peur de s'inviter, à cette idée que je puisse perdre le contrôle de mes sens et voir ma capacité rendre ce moment privilégié en une terreur invisible et omniprésente. Retrouvant les yeux de Jinx, mon visage s'illumina d'un sourire candide, chassant toutes ces appréhensions qui allaient et venaient dans cette brume qu'était mon esprit face au désir que je ressentais. De gestes lents qui laissaient à Jinx le loisir de m'arrêter à tout moment, je me baissai avec volupté. De sensuelles caresses qui me conduisaient jusqu'à son pantalon que je souhaitais détacher afin d'ouvrir la voie jusqu'à son vit.
CODAGE PAR AMIANTE@Jinx Calist

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-dawn.forumactif.com/t154-eiven-hadler-far-from-thunder http://after-dawn.forumactif.com/t90-eiven-hadler-nothing-else-matter En ligne
Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: (Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Flashback) Comme une ombre à la trace éphémère ❧ Jixen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sur cette terre, comme l'ombre nous passons. Sortis de la poussière, nous y retournerons. PV Louvly
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Comme une ombre dans la foule... [libre] [TERMINE]
» Comme une ombre
» Quelque chose comme une ombre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Forêt Weild-
 
Sauter vers: