AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Communauté
Φ Soutenez After Dawn !
Φ Nous sommes passés en 2481
Φ Steros a besoin d'effectifs !
Φ Évitez les personnages vagabonds
Φ Privilégiez les rôles importants
Animations




Attendus
Merci de privilégier Steros, Helion
Merci d'éviter les Natives
Personnages
35 joueurs ◈ 45 personnages
25 Hommes ◈ 20 Femmes
Helion 14 hab.
Reiver 12 hab.
Steros 10 hab.
Extérieur 09 hab.
Intrigue en cours
Φ Tout savoir sur le Chapitre I
Φ S'inscrire aux RP de groupe
Φ Merci de tenir compte du climat
Φ Début de la vague de froid : 15/01/2481
Φ Ne pas RP après le 01/03/2481

Partagez | 
 

 Fuir, désolance et Infection [Luke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages : 31
Médaillons : 376
Avatar : Tom Hardy
Pseudo : Diesel

Personnage
Occupation : Vagabond
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Fuir, désolance et Infection [Luke]    Mar 28 Nov 2017 - 22:13

Survie


    Horrible sensation que de garder la chaleur du soleil sur un côté du visage. Pénibilité sans faille que d'avoir les pieds qui s'enfoncent dans ce sable brûlant. La lutte est sévère, la récompense encore trop loin. A cette pénibilité s'ajoute une meute de hyènes en faims. Ils suivent la silhouette de loin, attendant que cette dernière ne s'écroulent d'épuisement avant d'aller la dépouiller de toute vie. Au loin, à quelques kilomètres encore, se dessinaient quelques timides grattes ciels détruits. Au beau milieu de ce désert morbide, cette trace d'une ancienne civilisation faisait presque peur, inquiétante idée que devoir y séjourner. Il restait encore quelques heures avant la fin de la journée, une journée de marche, d'épuisement, de faim et de soif. La silhouette pressa le pas, décidé à ne pas faire trépas et à s’offrir à ces animaux opportunistes.

Le sang goute, de petits filets de ce liquide tiède s'échappent des poings du survivant, ce dernier s'étant rapidement bandé les mains d'un tissu malpropre. Ses entailles aux creux de ses mains lui lançaient horriblement, mais il n'avait pas eu d'autre choix, il valait mieux risquer l'infection que de se vider de son sang.

Il trottinait, Diego, son jeune chiot, empaqueté dans son sac à dos ressentait chacune des accélérations de son maître, l'animal se plaignait de ne pas être à son aise, jappant de mécontentement. Dehors la situation était toute autre, les charognards pressaient à leur tour leur course, suivant d'une centaine de mètre Rorke, en pleine fuite, allant même jusqu'à dévaler les dunes en s'y jetant volontiers.


On se rapproche.. Je suis épuisé. Diego est mal en point, mais avec sa patte douloureuse je ne peux pas le laisser marcher à mes côtés. Les bêtes me suivent, mais elles ont l'air d'avoir peur de ces bâtiments. Elles me lâchent un peu.. Elles m'attendront, c'est certains. J’espère être au calme là-bas.

Quelques trois-cent mètres séparaient Rorke des ruines, un rien comparé à ce qui avait été fait.

Une ombre à quatre pattes fit soudain son apparition, barrant la route au survivant.

Une de ces foutu hyène. Pétasse.

 Rorke adopta immédiatement une posture de pré-anticipation, ses mains, bien que douloureuses, étaient ouvertes, la paume orientée vers le sol. Malgré son amnésie ses techniques restaient instinctives. Le dos légèrement courbé sur l'avant, les épaules verrouillées. Il attendait. L'animal huma l'air environnant, se rapprochant pas à pas de sa proie.

Je suis pas encore mort Conasse! Casse toi !

La hyène se stoppa, fixant l'homme d'un appétit sans fin. Tout le monde a faim dans ce désert, à chacun sa galère. Tout juste un mètre séparait l'animal de l'homme, les deux le regard plongé l'un dans l'autre.

La faim. Terrible sensation qui vous tiraille d'abord l'estomac, puis les jambes et finit par vous embrouiller le cerveau.  La bête bondit alors.

Rorke, sur ses gardes, décrocha un sévère coup de pied dans la tête de l'animal, déviant ce dernier dans son saut, mais rien à faire, la hyène était affamée, aussitôt retombée sur le dos l'animal se redressa avec une énergie effrayante, sautant à nouveau vers sa proie.

[74] Rorke parvint à saisir la gueule de l'animal avant qu'elle ne l’atteigne, mais la force avec laquelle la hyène avait bondit fit basculer Rorke en arrière, tous deux tournoyants dans une chute d'un beau mètre.

Le survivant maintenait la mâchoire nauséabonde de la bête, claquetant, se rapprochant petit à petit du visage de Rorke. Ce dernier, dans un hurlement d'épuisement fit craquer la tête de l'animal en la faisant sèchement tourner d'un côté. L'animal convulsa, c'était morbide, presque triste.

Diego jappait, il était mécontent de cette chute.

Diego ta gueule ! Lâcha t-il sèchement en se relevant.

La petite meute s'était rapprochée, mais tenait tout de même la distance, indifférente à la mort d'une de leur comparse.

Rorke saisit la cuisse de la bête et la traîna sur la dernière centaine de mètre qui le séparait des ruines de ce désert, gardant un œil inquisiteur de ses détraqueurs.



Pas un bruit dans ces ruines. Rorke avait allumé un timide feu de carton au milieu d'un de ces préaux en béton. Ce calme était inquiétant. Le survivant avait suspendu la hyène par les pattes arrières et l'avait égorgé, récupérant à l'aide d'un bol en inox fracassé le sang de l'animal. Le rescapé était adossé contre un mur, tripatouillant son ami à queue, Diego. Ce dernier voulait à tout prix partir explorer les environs, mais Rorke n'avait pas le cœur à cela et dès que le chiot s'en allait au delà d'un mètre Rorke l'attrapait de ses deux mains et le paternait en le lâchant entre ses jambes.

" Reste là va.. P'tit truc. "

La nuit allait-être longue, surtout que le survivant n'avait pas pris la peine de fouiller ces ruines.


J’espère qu'il n'y a personne.



Rorke retira le tissu compressant ses mains, les plaies commençaient à boursouffler, ça suintait les choses pas bonnes à avoir dans son corps, c'était pas très beau à voir, mais il n'avait rien pour désinfecter. Il piocha dans son sac et entreprit de sectionner quelques nouveau carrés de ces chemises pour s'en faire des bandages de fortune.

Quelle journée de merde.

______

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 72
Médaillons : 388
Crédits : Skelloss
Avatar : Noah Wyle
Pseudo : skelloss
Présence : Dans sa grotte

Personnage
Occupation : Rôdeur, long marcheur
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Sur vie   Mar 5 Déc 2017 - 23:51

Sur Vie


Luke avait passé sa journée à traverser les vestiges d'une civilisation disparue. Les ruines elles-mêmes disparaissaient petit à petit sous les dunes de sable. "Bientôt nous ne pourrons plus venir dans cette antique cité pour explorer et ramener des matériaux!". Les expéditions semblaient être beaucoup moins fréquentes dernièrement, c'est pour cela que le rôdeur s'intéressait de nouveau à ce lieu. La chaleur avait été étouffante jusqu'à ce qu'il rentre dans un bâtiment ensevelit.La sieste au niveau moins trois avait été fraîche et reposante, l'obscurité totale faisant office de nuit artificielle. C'est donc tout ragaillardi que Luke sortit à la tombée du jour. Son emport n'était pas conséquent, un simple caddie aux roues élargies et un sac à dos.


Reposé donc, mais en retard. A l'heure qu'il était, il aurait dû être au beau milieu des dunes. Encore un peu et il allait louper le passage. Alors que Luke se dirigeait vers le cœur du désert, il aperçut une lueur non loin au détour d'un amas de béton. Peu de chance que la lueur soit visible depuis le désert, c'était déjà ça. Se coulant dans les ombres, le rôdeur ne dévia que peu sa route afin d'éviter tout contact. Il avait confiance en lui pour sentir le danger venir et n'avait que faire de potentiels vagabonds, il avait plus important à faire. Alors qu'il évoluait encore avec précaution pour ne pas se faire repérer, Creamson fut surpris par une boule de poils.Un chiot tirait sur le bas du pantalon, le lâchait, sautait sur les bottes et à nouveau mordillait le froc d'un Luke désemparé. Alerte, il jeta un coup d’œil en direction du feu puis alentour, toujours personne. D'un coup de botte Creamson fit voler la boule de poil loin de lui et continua direction les dunes. "kaii kaii kaii".


"Merde, trop de bruit, j'aurais dû le saigner."

Contre toute attente le chiot réapparu quelques secondes plus tard mais cette fois avec d'autres intentions. Il n'était plus question de lacher le pantalon. La petite peluche tirait de toutes ses forces en direction de la lueur maintenant faible.


"Roooohh cass'toi l'clebs va r'trouver ta mignonne 'lieu d'faire la nick à mon froc"

Là-dessus Luke laissa son caddie dans une anfractuosité des gravats, saisit le chiot qui jappais à présent de peur. Un coup d'oeil, la mignonne était tout de suite moins jolie. Personne d'autre dans les parages, nul doute ce chien appartenait au poivrot avachi là. Assis, fièvreux, l'homme parraissait vaseux. Il ne semblait pas avoir grand chose à par sa peluche infidèle.

Creamson libéra rapidement l'animal avant que celui-ci ne fasse trop de bruit. Creamson se raprocha de la hyène suspendue. "poivrot mais pas manchot hé, l'a pas volé c'te sale bête" Un bol en inox receuillait le sang encore tiède de l'animal.


"OH! Gars ! Secoue toi! J'parie qu't'as trop fait chauffer la caftière, mais là tu va geler !"

Nul doute que le bougre avait dû marcher dans l'après midi quand lui même dormait tel une larve chtonniene. Le soleil lui aura cramé le cigare avant d'arriver ici, regarde-le il est cuit. Pendant que l'homme reprenait ses esprits à force de sollicitation canine, l'hermite ne pu résister à descendre quelques longues goulées de sang de hyène.


"Hum! Ouep! Bah faut t'nir ta cleps sinon il'va finir comm' l'autre!" s'exclama Luke en affichant un sourire des plus cramoisi.

"Ben quoi? T'aime pas ça le sang?"

"Nan bien! T'as reluqué tes paluches un peu? T'as rien pour l'feu?"

Luke poussa une longue  expiration, un souffle chaud et chargé d'une odeur fétide, ajoutée à celle du sang. Un bon gros soupir d’exaspération: quand les gens apprendront-ils à s'équiper correctement? Une vie de dépannage et d'aide aux réfugiés et survivants."J'en trouve encore dans le besoin comme lui et son chien."


"Il a d'quoi t'arranger les mains si tu need", posant son sac à dos par terre.

"Chui en retard, en retard, en retard, en retard donc tu viens ou tu pars?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-dawn.forumactif.com/t259-luke-creamson-chronophagie-et-asticot-du-cerveau http://after-dawn.forumactif.com/t199-luke-creamson-terminee http://[spoiler]<iframe width="560" height="50" src="https://
avatar
Messages : 31
Médaillons : 376
Avatar : Tom Hardy
Pseudo : Diesel

Personnage
Occupation : Vagabond
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: Fuir, désolance et Infection [Luke]    Ven 8 Déc 2017 - 18:53

Idées noires


Micros siestes. Le survivant piquait du nez durant cette après-midi brûlante. Diego, le chiot moucheté, se promenait sans crainte de la colère endormie de son " maître ". Entre deux ravalement de bave Rorke allongeait le bras pour porter à ses lèvres le bol de sang et le reposer sous le goûte à goûte fructueux de cette hyène rachitique.


Durant ses rêves entrecoupés de soubresauts Rorke revoyait les maigres souvenirs de sa vie actuelle. Son réveil sur ces dunes tâchées par le sang, son hôte, sa mort. Sa longue marche dans ce désert l'avait déjà mené au bout de ses forces et il n'avait même pas fait la moitié du chemin. Ces maudits charognards qui le pistent depuis une demie-journée. La tentation de ne pas monter la garde était trop tentante. C'était l'histoire de quelques heures. Juste pour se reposer un peu les yeux.


Un sursaut. Le dépéri frissonna avant d'enfoncer un peu plus son menton dans son col, croisant confortablement ses bras sur son buste.



Rorke

vas-t’en.

Harcèlement sans fin de cette voix de femme familière qui s’insurge dans chacun de ses rêve. La brune lui balance un carnet bleu à la figure. Le sable enfoncé jusqu'à sa taille, la belle se tient fermement à la cheville de Rorke.

Vas-t’en.

La brune lâche alors son emprise sur Rorke et se laisse happer par le sable. Disparaissant à jamais, comme englouti par un désert affamé.




Diego était déchainé, il tiraillait le pantalon du somnolant avec l'énergie du diable.

Le rescapé sortit à contre cœur de son sommeil. Il bouscula gentiment la boule de poil du dos de sa main avant d'allonger ses jambes pour laisser place à l'animal. Ce dernier alla directement se réfugier entre les cuisses de son ami et feignait ensuite l'inquiétude. Le survivant bascula ses épaules sur le côté pour se saisir du bol, mais ce dernier avait disparu. Son regard longea les jambes d'un inconnu, jaugeant l'allure de cet homme.

L'inconnu parlait et au vu de la fièvre et de la surprise de Rorke, ce dernier avait du mal à l'entendre. Bien que soit dit en passant le nouveau baragouinait d'une étrange manière.
Rorke posa machinalement sa main gauche sur son épaule droite, endroit où se trouvait sa seule et unique arme, son couteau. Mais la plaie purulente le fit grimacer de douleur, plus inquiétant encore il fut incapable de refermer sa main sur le manche.

Il laissa donc retomber sa main sur sa cuisse, paume vers le ciel, avant de tourner fiévreusement la tête vers son interlocuteur.

" Putain, mais t'es qui toi ? "

A ce souffle la couleur orangée de l'après-midi bascula soudainement à une obscurité incolore. Le visage tiraillé par la fièvre, Rorke se tourna vers l'ouverture du préau donnant sur les dunes. La nuit tombait.

C'est impossible.

Et pourtant le fait était là, nul mouvement du soleil, aucun nuage ne cachait cet halo lumineux. Juste l'obscurité qui prend le dessus sur ce monde. Le feu se faisait timide, Rorke prit appui sur ses poings pour se relever avec difficulté. L'obscurité, comme une vague envahissant en un rien de temps la zone, engloutissait tout à perte de vue. Les hyènes gloussèrent.

Le préaux miteux donnait dans le vide, comme une esplanade en hauteur. L'unique sortie se trouvait donc derrière l'inconnu, dans un dédale d'escaliers éventrés et poussiéreux. Rorke, face au désert, fit alors volte face et dévisagea l'inconnu.

Le noir complet. Une nuit sans lune, seul la flammèche du carton rougeoyait tristement.
Une peur sans fin s'empara du survivant. Un frisson infini. Une incompréhension totale, la sensation d'être vaincu par un monde devenu inconnu et hostile. Pourchassé par la malchance et le désarroi. Toute logique abandonnait la pensée de l'homme, maintenant tombé à genoux. Une peur panique, le souffle court, le feu se mourant.

Une santé mentale au bord du gouffre. Le rire des hyènes. Elles semblaient s'être séparées autour des ruines. Le visage de l'inconnu disparut en même temps que le dernier soupir du feu.

" Si t'as de quoi éclairer.. " Rorke ne termina pas sa phrase, attentif à une quelconque réponse, un déplacement, un souffle.


La peur se change souvent en agressivité, en violence face à l'ingérence d'une situation. Pourvu que le nouvel arrivant ne cède pas lui aussi à la panique, sinon la paranoïa serai de mise dans ces ruines déjà cernées par la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 72
Médaillons : 388
Crédits : Skelloss
Avatar : Noah Wyle
Pseudo : skelloss
Présence : Dans sa grotte

Personnage
Occupation : Rôdeur, long marcheur
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: Fuir, désolance et Infection [Luke]    Lun 1 Jan 2018 - 21:47

Trouver la lumière


"Sérieusement, tu pouvais t'abstenir de ramener ses copines, j'men serais bien passé ! Trouver de quoi éclairer, j'étais là pour ça figure toi. Mais avec la meute que tu t'es mis à dos, c'est compromis. Le lieu est défendable, pas de quoi s'alarmer. Avant que les hyènes ne parviennent à cet étage, nous aurons le temps de nous préparer."


Le gloussement de ces sales bestioles faisait écho au battement de cœur affolé de l'homme. Trop irréguliers pour être dû à une simple peur. Le type était affolé. Luke s'écarta prestement, craignant un assaut. Même la peluche était plus calme. La frayeur de l'inconnu semblait l'avoir enjoint à saisir son arme.
Quelque chose chez cet homme commençait à effrayer Creamson. Baboum boumboum badaboum. Les battements devenaient entêtants, d'autant plus que le cœur de Luke s'emballait de même.


"Une poupiote? Meme ta bestiol flip moins que ça, chui pas la pour toi mon gars"

Les courants d'air emplissaient les ruines, définitivement pas un endroit où passer la nuit. La cité squelette faisait froid dans le dos. Il fallait s'abriter mieux que cela avant que les températures de la nuit ne commencent à mordre sérieusement.
Luke s'adossa alors au mur près des escaliers et commença à fouiller dans son sac. Venir en aide aux survivants de ce pauvre monde désolé coûtait cher en matériaux mais l'expérience du rôdeur lui avait apprise qu'il était majoritairement bon de venir en aides spontanément aux égarés, question de survie.

"La meute hurle et glousse pour communiquer, elle nous ont flairée à coup sûr mais elles  n'approchent pas encore. Sommes-nous trop en hauteur ? Combien sont-elles ? Quel est leur but ?"

Luke s'arrêta de bouger une fraction de seconde. Il avait senti sa gorge se nouer. L'inquiétude lui prenait les entrailles.

"Se concentrer pour ne pas écouter, être présent dans le présent."

La tentation était grande pour le rôdeur d’essayer d'identifier l'ampleur de la menace extérieur car la peur s'était insérée en lui lorsqu'il avait perçu les pulsations sourdes qui sortaient de la poitrine des deux hommes. Mais voilà, celui qui était là, Creamson ne le connaissait pas ou ne l'avait guère reconnu. Tout comme l'homme lui avait transmis son inquiétude, celui-ci avait aussi éveillé la nécessité d'une lueur afin de mieux le jauger. Un combat à l'aveugle serait la pire des choses. C'est donc en bougonnant qu'il sortit une petite torche et un briquet à étincelle de son sac. Le fétu paille s'embrasa après avoir pris une bonne douche d'étincelle, les brindilles crépitèrent et enfin le tissu graisseux de la torche pris feu


LUMIERE !


"Pissa fait fuir la luciole sta poupiotes"

Luke marqua une pause, écartant la torche.


"Y a interet qu't'en vaille le coup"

Fallait-il lui faire confiance et approcher? Peut-être pas.
Luke se ressaisit et continua d'évacuer tout un tas d'objets de son sac, dont de petite sacoches et poches. Un fouillis indescriptible de bric et de broc jonchait à présent le sol.


"M'faut l'réchaud"

Luke tendit devant lui des bandages souillés et des sortes de feuilles bizarres.


" venga con mi s'tu veut que jte soignes! "

Le caddie, bien trop lourd, ainsi que sa précieuse cargaison bien trop fragile, étaient restés cachés en bas du bâtiment dans un tas de gravats. Il faisait nul doute que l'assistance de l'inconnu était requise pour hisser le matériel jusqu'ici. Creamson rassembla son barda, assura son poignard au coté et se dirigea franchement vers les deux compères de l'autre coté de la pièce. Déposant au passage le sac près de la dépouille, il tendit une main assurée.


"Luke et lui ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-dawn.forumactif.com/t259-luke-creamson-chronophagie-et-asticot-du-cerveau http://after-dawn.forumactif.com/t199-luke-creamson-terminee http://[spoiler]<iframe width="560" height="50" src="https://
avatar
Messages : 31
Médaillons : 376
Avatar : Tom Hardy
Pseudo : Diesel

Personnage
Occupation : Vagabond
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: Fuir, désolance et Infection [Luke]    Jeu 4 Jan 2018 - 11:59

Assiégé



Quelle vision affligeante on pouvait avoir en regardant cette silhouette recroquevillée sur elle même. Perdue dans la noirceur opaque de cet étrange phénomène, l'homme panique, ses yeux, grands-ouverts, ne lui servent à rien. Il semble désarmé de toute raison. Son souffle, court, s'apparente à celui d'un animal blessé, pourchassé. Voilà une image honteuse d'un ancien bandit tristement célèbre. Mais qu'importe, il ne savait lui-même pas qui il était. La raison sembla même le quitter l'espace d'un instant.

Plongée

Je te le remet. Mon ami. Je vais sans doute disparaître à tout jamais. Ne me recherche pas, c'est trop risqué. Comprends-tu que je souhaite disparaître ? Je vais me faire mourir l'ami.

L'ombre se tortille. Les silhouettes sont déformées, méconnaissables. Ces êtres formés de brume noir discutent. Amicalement l'un de ces nuage remet un carnet à l'autre. Les ruines. Sous un préau échauffé par une journée désertique.

L'image disparait dans une explosion silencieuse d'obscurité.

Ces mêmes ruines. Empreintes de pas foulant ardemment le sable. La vision donne l'impression d'être un oiseau. On voit ces hommes se ruer dans ces squelettes de pierre. Arme à la main.


Sursaut


La lumière fut. La brasier d'une torche flamboyait agréablement au fond du préau aéré. La lumière avait tout de même peine à percer l'obscurité opaque de cette nuit sans lune. Au pieds de Rorke jonchaient quelques bandages et herbes de natures inconnues. Tandis que l'autre baragouinait dans sa langue Rorke s'arma de tout son instinct de survie et s’exécuta. Il retira les lambeaux de chemises poisseux de ses mains purulentes. Dans une grimace de douleur lancinante il appliqua les herbes sur ses plaies gonflées et serra le tout dans ces bandages de bien meilleure fortune. L'autre avait foutu un sacré bordel. Ses affaires trainaient un peu partout sous le préau.

" Luke et lui ? "

Rorke jaugea le type à son allure. Il avait fait preuve de self contrôle. Il était d'apparence calme et n'avait pas perdu une miette de son attitude amicale.

" Machin " Surnom balancé sans grande réflexion. La peur d'avouer le seul vrai prénom qui lui venait en tête lui rappela les souvenirs désagréables que cela avait eut sur le vieux. Rorke se saisit de la main tendue et se releva avec l'aide de Luke.

" Excuse-moi. J'ai la mémoire bancale. "

Un gloussement de hyène inonda les ruines. Faisant écho dans les couloirs inhabités de ces vestiges. Les deux compères s'engaillardirent et se mirent d'accord sur la manière à suivre pour remonter le barda de Luke. Rorke céda son cordage à son acolyte et descendit les marches avec hâte, torche en main, Rorke retrouva sans grande difficulté le caddie du voyageur. Diego, le petit chien, montait la garde à l'orée de l'obscurité. Humant intensément l'air, tendant ses deux grandes oreilles à l'inconnue nocturne.

Gloussement amusé de ces hyènes en traques. Le rire moqueur de ces animaux sauvages était des plus dérangeants. Qu'importe pour Rorke, il posa la torche au sol et se saisit de la longueur de cordage qui pendait devant son nez.

Grognements affamés.

Rorke s'empressa de saisir les deux côtés du caddie à l'aide de nœuds solidement reliés et fit signe à Luke d'un sifflement strident qu'il pouvait entamer la remonté. Rorke ne s'attarda pas davantage dans ces gravats inhospitaliers, il se saisit de la torche et convia Diego à le suivre sans plus tarder. Les deux compères, de dos à la remontés des escaliers gravissaient avec précautions les marches. Torche bien en avant, Diego légèrement en retrait derrière les jambes de Rorke, les deux amis scrutaient la noirceur qui grandissait peu à peu devant eux.

Railleries.

La gueule béante d'une bête fendit alors l'obscurité, claquant nerveusement de la mâchoire. Rorke balaya devant lui la torche avec frénésie, mais ça n'eut pas l'effet escompté, une deuxième mâchoire se dessina dans la lueur de la torche, un sourire affamé en coin. La première des hyènes brisa alors la tension, se jetant en l'air, bouche béante, dirigée droit sur la cuisse du porteur de torche. L'animal se saisit du large pantalon de Rorke et tira frénétiquement sur ce dernier pour l'avaler dans l'obscurité. Diego, trop apeuré et bien trop petit pour affronter ces bêtes, aboyait de vif ton. Rorke s'acharna sur le crâne de la hyène avec la torche, cette dernière subissait les coups, mais gardait son air moqueur et amusé. La peur avait fait place à la colère et la deuxième hyène l'avait bien sentie, décidant qu'il était temps d'achever sa proie elle prit appui sur sa copine pour se jeter à la gorge de Rorke. Ce dernier, le visage marqué par la haine, se baissa légèrement en voyant se dessiner le museau retroussé de l'animal qui fondait sur lui, il prit de l'élan et jeta sa tête contre le museau de la bête.

En vol plané la hyène dégringola les marches, Rorke finit de faire reculer la première des hyènes en la harcelant de coup de torche, si bien que le poil de cette dernière avait commençait à brûler. L'animal relâcha sa pression, se laissant happer par l'obscurité, trêve temporaire. Diego et Rorke réussirent finalement à rejoindre un Luke essoufflé. Rorke lui tendit la torche, sa main porteuse lui faisant désormais mal.

" Il y en a plus que trois.. Il faut barricader les autres accès au préau si il y en a.. "

Gloussements proches et lointains. Comme si toutes les hyènes du désert s'étaient donnés rendez-vous dans ces ruines. Le siège commença.

Au loin, au sommet de ces dunes. On apercevait la mèche de cette torche danser au grès des courants d'air. On devinait également les silhouettes bossues des hyènes. Approchant calmement et inéluctablement en direction de ces décombres de pierre.

Pas de repos pour les braves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 72
Médaillons : 388
Crédits : Skelloss
Avatar : Noah Wyle
Pseudo : skelloss
Présence : Dans sa grotte

Personnage
Occupation : Rôdeur, long marcheur
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: Fuir, désolance et Infection [Luke]    Lun 8 Jan 2018 - 22:14

Nous voilà assis



[" Il y en a plus que trois.. Il faut barricader les autres accès au préau si il y en a.. " ]

 « Steu façon de faire, me dit kett' chose ! » S'exclama Creamson en voyant l'individu blessé revenir ragaillardi de son affrontement.Impossible de croire que l'homme qui se tenait là dans l'embrasure de l'escalier été le même que celui allongé fiévreux et délirant qu'il avait décidé de secourir.

 « Ça pour sûr, toi et moi la bourlingue on connait ! Allez vient qu'on voit tes mains »

Tirant son caddie le rôdeur invita d'un coup de torche son nouveau compagnon à traverser la pièce jusqu'à un petit renfoncement. Les deux hommes s'installèrent le plus à l’abri du vent possible afin de masquer au mieux leurs odeurs aux hyènes et échapper aux bourrasque ensablées qui venaient à souffler de temps à autre. Luke posa la torche à même le béton et sortit deux sortes de pots en terre cuite qu'il cala, renversés l'un dans l'autre au dessus de la flamme. L'obscurité reprit quelque peu ses droits sur le groupe. Le chiot, quant à lui n'avait que faire de la nuit, se fiant à son flair ; sans pour autant trop s'éloigner de son maître. Ce faisant, il interpella Machin :

« Hum Machin tu vas pas me refaire le coup de la peur du noir hein ? Et puis entre toi et moi, il ne te va pas du tout ton prénom. Ça fait très genre... Né dans une cuve encombrée de corps en gestation dans un labo d'Helion, le genre de débile dégénérés qu'ils ont relâchés dans les années 2380, foutus scientifiques à la con !  Soit, fait voir tes bandage !»

La soudaine éloquence de Luke sembla faire raisonner le blessé, faire frissonner l'homme tout comme lui-même avait été déstabilisé un instant plus tôt en le voyant surgir de l'escalier. En plus venait-il d’être subtilement insulté d'idiot ? Effet ascenseur émotionnel réussi pour le survivant. Machin, en tailleur contre le mur, commençait à sentir l'effet radiant des pots en terres. Une douce chaleur commença à se diffuser proche des pots. Pas si bête, d'autant que le froid de la nuit commençait doucement à se faire sentir. Le vent portait encore un air tiède entre les dunes encore chargées de chaleur, mais en hauteur et par cette nuit sans lune, le froid viendrait vite. Creamson sortit un flacon et de nouvelles feuilles velues. Il se saisit des bandages et les défis. Il examina longuement les mains et les plaies. L'homme était calme et attendait ses soins en silence comme soucieux et observateur.

 « S'tu veux pas m'dire comment tu t'appelles c'pas grave, j'saurais qui tu es » 

Le curieux individu nettoya  tant bien que mal les plaies déjà infectées à l'aide des vieux bandages.Il plaça ensuite le velours des feuilles d'astringente contre les zones infectées.

 « Vu l'coin, je vais pas gâcher d'eau, on va te les cuire » 

Le rôdeur versa une petite lampée d'un liquide alcoolique gras sur les feuilles avant de les replacer sur les plaies (douleur assez soutenue due à la présence incontestable de piment dans la potion, en cause : l'odeur). « Allez, direct au feu »  l'enjoignant à l’imiter, Creamson posa ses propres mains sur la terre cuite de son réchaud avec assurance. Il les retira immédiatement afin de laisser le blessé cuir son médicament sur ses plaies. « Va falloir maintenir le réchaud pendant 20 bonnes minutes alors si tu me racontais un peu pendant ce temps la ? » 

Luke prit son harpon et vint se poster proximité de l'escalier afin de prévenir du moindre bruit d'approche. La faible lueur qui émanait du réchaud n'éclairait que quelque centimètre autour. Luke était dans la pénombre à présent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-dawn.forumactif.com/t259-luke-creamson-chronophagie-et-asticot-du-cerveau http://after-dawn.forumactif.com/t199-luke-creamson-terminee http://[spoiler]<iframe width="560" height="50" src="https://
avatar
Messages : 31
Médaillons : 376
Avatar : Tom Hardy
Pseudo : Diesel

Personnage
Occupation : Vagabond
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: Fuir, désolance et Infection [Luke]    Jeu 11 Jan 2018 - 19:53


fiévreuses hallucinations



" Hum Machin tu vas pas me refaire le coup de la peur du noir hein ? Et puis entre toi et moi, il ne te va pas du tout ton prénom. Ça fait très genre... Né dans une cuve encombrée de corps en gestation dans un labo d'Helion, le genre de débile dégénérés qu'ils ont relâchés dans les années 2380, foutus scientifiques à la con ! Soit, fait voir tes bandage ! "

Un mal de crâne insoutenable, douleur cinglante résonnant à l'infini dans le crâne de Rorke. Luke s'était enfoncé dans la pénombre de la pièce, Rorke ne le cherchait plus du regard, trop occupé à subir sa migraine.




Hélion !

Le petit groupe, composé de cinq gaillards aux long manteaux, était agglutiné les uns contre les autres dans cette tente circulaire où transperçait à certains endroit les rayons du soleil. Le chef, le grand barbu, se trouvait de l'autre côté d'une table qu'il malmenait à coup de poing, ponctuant énergiquement chacune de ses phrases.

Objectif final, mais avant, Reiver ! Nous touchons au but. Demain, avant le lever du soleil, vous irez au campement qui a était établit plus au nord. Vous pistez, vous chassez, vous questionnez, toi Rorke t'enregistres et ensuite vous rayer cet endroit de la région... Capiche ?

Tous, en ayant pris les infos, quittèrent la tente. Le barbu retint Rorke par le bras.

" On touche bientôt au but. Nous refais pas une de tes crises le moment v'nu, bandit. Sinon.. "





Les mains sont plaquées contre le pot en terre. Il sent la substance réagir à la chaleur. Petits claquements désagréables dans une plaie purulentes. Mais Rorke ne bouge pas, il ne sourcille pas, son regard est fixe, plongé dans la noirceur d'un recoin dessiné droit devant lui.

« Va falloir maintenir le réchaud pendant 20 bonnes minutes alors si tu me racontais un peu pendant ce temps la ?

L'ombre se dessinait davantage. Était-ce cette noirceur opaque qui lui jouait des tours ? Ou bien peut-être l'infection qui commençait à rendre fou le survivant. Son regard était fiché dans ce recoin. Sans ciller, son esprit dessinait petit à petit le corps d'un femme, vêtue d'une robe blanche tâchée de boue et de sang séché. La silhouette se dessine encore davantage, les bras sont couverts d'hématomes et des traces de cordes sont facilement devinables sur ses avants-bras. L’esprit de Rorke semble s'être à tout jamais perdu dans un rêve éveillé. La phrase de Luke reste en suspens l’espace de quelques longues secondes.


Elle est appuyée contre le recoin, les mains joliment posées contre le mur, sa posture évoque l'attente, l'attente amoureuse ? Attente languissante peut-être. Son visage se dessine, Rorke reste de marbre devant cette découverte. Un visage déformé, sanguinolent. A se demander si cet amas de chair éclaté est, ou a été un visage. Il n'y a plus rien, si ce n'est qu'un menton tuméfié.

Rorke, sans quitter la scène des yeux, répondit de manière calme, la plus éteinte possible.

" En fait, je ne me souviens plus de rien. Seulement de ma longue marche dans le désert. J'ai des flashs, des épisodes qui se bousculent dans ma tête. " il hausse les épaules, il semble être hypnotisé " Je sais pas si ça m'est vraiment arrivé ou si ma caboche me joue des tours. Je sais juste que j'ai un p'tit chien qui me suit partout. "


Le fantôme disparait alors dans ces draps obscurs. Un rire rêveur entendu au lointain fit alors sortir Rorke de son rêve éveillé. Il tremble. A nouveau parcouru par la peur. La nuit noir lui fait défaut, c'est certains. Le chiot dort paisiblement au creux de ses jambes, en tendant l'oreille on pourrait entendre les ronflements timides de l'animal aux longues oreilles.

" J'sais pas qui j'suis vois-tu. Je n'ai que ce chien. Et tu sais quoi.. " Rorke arque un sourcil, lui-même étonné de ne remarquer ce détail que maintenant. " Je ne sais même pas à quoi je ressemble. "

Il soupir, nerveux, la douleur bouillonnante l'empêchant néanmoins de replonger dans cet état de stase. Ses plaies, sous l'effet de la substance et de la chaleur commencent à le faire tressaillirent de désagrément, il tait malgré tout ses complaintes et reprend, un hoquet endolori entre presque chacun de ses mot.

" Tu as l'air de t'y connaître en soin, tu as aussi l'air bien équipé.. T'es qui au juste ? pourquoi m'aider.. ? "

A cette réponse, un souffle, un soupir froid et surprenant se glissa dans le cou de Rorke. Ce dernier ne bougea pas, néanmoins persuadé que cette femme au visage éclaté s'était glissé derrière lui.

Rorke se concentrait sur la conversation, une perle de sueur goutant sur son front.
div>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 72
Médaillons : 388
Crédits : Skelloss
Avatar : Noah Wyle
Pseudo : skelloss
Présence : Dans sa grotte

Personnage
Occupation : Rôdeur, long marcheur
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: Fuir, désolance et Infection [Luke]    Ven 12 Jan 2018 - 18:35

Lumineux délires


 « Ce gars sans sa torche, la raison s'éloigne de lui ! » Le rôdeur surveillait donc d'une oreille attentive aussi bien d'éventuels mouvements d'intrusion dans le bâtiment que le ronflement apaisé du chiot. Les papillons trop imprudents flirtent  avec  les flammes des torches et des feux de camps. Tel Icare souhaitant changer sa condition, attirés par la lumière, ils se brûlent les ailes. Meurent immobilisés au sol où la vermine domine et fera festin du corps amputé par la brûlure. Non, il ne finirait pas dévoré par des hyènes en essayant d’apporter La Lumière à l'Homme. Les courant d'airs qui parcouraient le bâtiment imposèrent à Luke un effort supplémentaire affin de maintenir son activité acoustique. Les feulements, sifflements, craquements, chuintements, souffles, bourrasques,  rires, jappements et grognements de canidés, et bien d'autre, encombraient à présent l'esprit de Creamson !

[" En fait, je ne me souviens plus de rien. Seulement de ma longue marche dans le désert. J'ai des flashs, des épisodes qui se bousculent dans ma tête. " il hausse les épaules, il semble être hypnotisé " Je sais pas si ça m'est vraiment arrivé ou si ma caboche me joue des tours. Je sais juste que j'ai un p'tit chien qui me suit partout. " ]

« Chui pas papy lion OK ?! »

[ Il tremble. A nouveau parcouru par la peur. ]
Les battements du cœur de l'amnésique reprirent soudain tel des tambours aux oreilles affûtées du veilleur. La peur de nouveau ? Pourquoi ? Aucun signe des poursuivants pourtant, si ce n'est lointain. «m'cache ket'choz !» pas un signe d'hostilité au moins c'était déjà ça.

["J'sais pas qui j'suis vois-tu. Je n'ai que ce chien. Et tu sais quoi..." Rorke arque un sourcil, lui-même étonné de ne remarquer ce détail que maintenant. " Je ne sais même pas à quoi je ressemble. "]

« T'as l'air de rien jusqu'à ce que la cocotte siffle trois fois et ta trogne est pas plus moche qu'une aut'e, j'te rassure. S't'avait vu certain tromblon qu'je m'suis traîné dans la vie. » Luke repensais au visage affaissé sur lui même d'Aliam, un frisson le traversa, pas beau à voir.

[" Tu as l'air de t'y connaître en soin, tu as aussi l'air bien équipé.. T'es qui au juste ? pourquoi m'aider.. ? "]

« M'sieur chéplu tu sais pisser droit dis-moi ? Bah moi, c'est pareil sauf que j'évite de pisser sur ma plaie ! »

Faut être bien équipé pour aller chasser dans le désert, pas y  aller en culotte courte avec son cabot comme ration de survie. Qui plus est chasser la luciole, c'est délicat, nécessitant au moins deux personnes sans équipement adéquat. Creamson était baroudeur averti et l'infortuné avait récupéré son matériel. Seulement voilà, à cette heure il devrait déjà être entre les dunes à guetter leurs arrivée. Expliquant tout cela, Luke avait quitté les escaliers afin de vérifier des mains blessées mais peut-être ssalvatrice. M'sieur chéplu allait vraiment le tenir ce réchaud pendant 20min, peu importent la douleur de la brûlure. N'importe quel homme aurait retiré ses paumes en moins de dix. « Il a une volonté de fer, ce gaillard. » Les feuilles ont correctement imprégnés les chaires infectées. Une fois les bandages réajustés, Creamson réagit enfin à la question  « poukoi médé ?  Bois un coup d'abord!» Déshydraté, le malheureux saisi avec hâte la gourde à peine sortie du caddie.

« Si j'en chopp' pas ce soir, j'en aurais pt'ête demain. Si l'jour s'lève avec les hyènes prètes à m'bouffée l'fion, je compte su'toi pou' manier la spear aussi bien qu't'as manié la torche dans l'stair. Je suis un survivant d'ces contrées dévastées, les choix judicieux, on l'fait vit' pis simplement. Comment savoir qu'tu m'la f'ra pas à l'envers ? T'sais même pas qui t'es, quel pourrait bintêtre l'motif, dans s'cas ? Les vivres, ma matoss? Saurais-tu seulement que hacer con ellos ? Non, sommos animales y como tous les animaux, y compris tes copines les hyènes, on chasse mieux en meute. Nous trois, z'allons passer la nuit aqui, tiens prends ça (tendant un bocal d'une étrange purée avec une cuillère en inox qui avait méchamment morflé). On prépare une sortie avant l'aube. Steuh préparation pass' par tes soins, l'ami. »

Ce faisant, Luke préleva un morceau de cuisse sur la hyène et se mis en tête de recouvrir intégralement le pot intérieur de fines tranches de viande. Crispée sur la surface poreuse du cône d'argile, la viande correctement appliquée restait en place. Soupir de soulagement de la part du chasseur. « Elles s'ront plus au Nord d'main, une chance qu'les ruines s'étendent un peu dans steuh direction, j'en profiterais, mais après j'pourrais plus m'éloigner. T'm'as privé d'une nuit d'chasse » conclu-t-il, rageur, en se saisissant de la purée que Chéplu n'avait pas touché, méfiant. Il en prit deux grandes cuillères et le tendit à nouveau. « Mange ça pis prends un bout d's'teuh sale moqueuz'. C'est toi qui l'a eu après tout. Alors voilà, soit tu m'aide à gagner l'Nord l'plus vit' possib', soit ta story de Mr Jsaiplu, ilva falloir qu'tu m'la réexpliques... ! Qu'est ce qu'y t'effraies tant ?  Pourquoi ton cœur s'emballe-t-il sans raison ? Je l'entend le sais-tu ?! »

L'obscurité était devenu comme palpable, on percevais presque les ombres des ombres elle même. Pas étonnant qu'il ai été missionné pour apporter une alternative lumineuse en ces temps sombres. La noirceur, avec sa part de mystère, fait naître la frayeur dans le cœur des hommes, ce qui les divisent. "La lumière pour unifier, pfff foutaiz' d'ménagère d'taverne."

 "La lumière, pourquoi cherchent-ils toujours la lumière ? L'bon vieux Creamson n'a pas b'zoin d'la lumière. Les ténèbres lui vont parfaitement, oh ça oui ! A l'ombre des dieux zé des monstres nous pouvons attendre not' heure."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://after-dawn.forumactif.com/t259-luke-creamson-chronophagie-et-asticot-du-cerveau http://after-dawn.forumactif.com/t199-luke-creamson-terminee http://[spoiler]<iframe width="560" height="50" src="https://
avatar
Messages : 31
Médaillons : 376
Avatar : Tom Hardy
Pseudo : Diesel

Personnage
Occupation : Vagabond
Localisation : Extérieur
Niveau: 4
Ext • Rôdeur, évolué



 Sujet: Re: Fuir, désolance et Infection [Luke]    Dim 14 Jan 2018 - 11:09

Danse belle inconnue



Je n'ai quasiment compris qu'un mot sur deux. Je sais pas comment qu'il baragouine celui-ci, mais au moins il est amical.


Le survivant sentait la mixture lui brûler les plaies, elle s'enfonçait entre ses chairs, à l'intérieur la pâte bouillonnait, réagissant à la chaleur, elle explosait parfois en de petites bulles d'air, faisant grincer de désagrément l'amnésique. Luke s'était rapproché de Rorke, il changea ses bandages. Les plaies avaient meilleures mines.

Soulagé, Rorke se réappropria ses mains. Articulant chacun de ses dix doigts. La douleur était moindre, ses gestes n'étaient plus autant engourdis qu'auparavant, tant mieux. Le regard de Rorke restait fixé sur ses mains, impressionné par cette méthode de soin, il en prit note dans un coin de sa tête, pourvu que ça dure.  

Luke était à ses côtés, il parlait de lucioles, de chasse visiblement.

Chasser la luciole ? Ouais pourquoi pas tient...


Tandis que Rorke écoutait bêtement les dires de son acolyte temporaire, il leva les yeux. Par dessus le feu, assise en tailleur, se dressait la silhouette de cette femme au visage en morceau. Assise, les mains, écorchées, posés sur ses jambes. Elle semblait participer à l'écoute de cette conversation. Le cœur de Rorke s'emballa de nouveau, prêt à lui sortir de la poitrine à chacun de ses battement

" Mange ça pis prends un bout d's'teuh sale moqueuz'. C'est toi qui l'a eu après tout. Alors voilà, soit tu m'aide à gagner l'Nord l'plus vit' possib', soit ta story de Mr Jsaiplu, il va falloir qu'tu m'la réexpliques... ! Qu'est ce qu'y t'effraies tant ?  Pourquoi ton cœur s'emballe-t-il sans raison ? Je l'entend le sais-tu ?! "

L'amnésique se saisit du bol en question et touilla la purée méconnue, plongeant cette dernière dans sa bouche, grimaçant de surprise au goût amer que cela lui laisser dans la gorge.

" Non, rassure toi l'ami, je suis juste un peu fatigué. Souffla t-il en lâchant l’hallucination des yeux pour les poser sur Luke. J'peux t'aider à aller plus au nord. Mais demain je reprendrai ma route, je me dirige vers le sud pour ma part. "

Rorke fit rouler son épaule et braqua sa nuque sur la gauche, faisant craquer les moindres os  de son cou. Il soupira, sensation bienfaitrice que de se sentir plus souple, moins rouillé. Rorke zieuta ensuite la hyène suspendu et lâcha un petit rictus de satisfaction.

" En parlant d'la moqueuse, comme tu dis. Je te la laisse, je pourrai pas la transporter avec moi, si en échange tu me donne la recette de ta mixture que tu as appliqué sur mes mains. "  Rorke sortit alors de son manteau un carnet vierge, ce dernier vivant les derniers instants de sa vie de pages jaunies et déchirées. L'amnésique se saisit ensuite d'un petit bout de charbon qu'il cassa, créant ainsi une pointe grossière.

" Tu compte chasser quoi exactement ? Des lucioles c'est ça ? Tu crains pas la meute de ces bêtes qui rôdent par là ? " reprit-il en montrant du menton la hyène égorgée.


Cette femme mutilée tournoyait joyeusement devant le feu, tout bras tendus sur les côtés. Si elle avait encore un visage on pourrait certainement la voir rugir de joie, deviner le bonheur dans ses yeux, la jouissance sur ses lèvres rayonnante. Mais au lieu de cela, un visage absent, tout de chairs pendantes et sanguinolentes. Macabre joie, imposant à Rorke de détourner les yeux vers son acolyte d'un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



 Sujet: Re: Fuir, désolance et Infection [Luke]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Fuir, désolance et Infection [Luke]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» Luke Adam L UFA 22 875000 0 D- C C D C- C- D C- C- C D C C- C- C
» Combien de temps comptes-tu fuir de la sorte? [PV Goudwin]
» Suite de : envie de fuir l'agitation (PV : Moka)
» L'alcool est notre pire ennemi, fuir serait lâche. [Zoey]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After Dawn :: L'Extérieur :: Désert Ardeus-
 
Sauter vers: